#366 IAC 3 – Passion progestérone et visualisation (trop) optimiste …

Pour cette dernière IAC, je donne tout fais du zèle : j’ajoute un troisième ovule de progestérone, entre celui du matin et celui du soir. Ovule de 10 heures, ovule de 16 heures, ovule de 22 heures. Parce que j’ai toujours l’impression d’en paumer la moitié à midi, et a priori je ne risque pas grand-chose avec cette automédication personnelle (que je ne recommande évidemment pas).

img_3268-1
Danette, mannequin officiel de ce blog. Accepte tous les shootings du moment qu’il y a de l’endive.

Lire la suite »

#365 « La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent. »

Oestradiol à 1608 pg/ml le matin du quatrième contrôle de cette dernière IAC. Cinq à six follicules matures. Madame-Hope me raconte le cas récent d’une patiente dans le même genre que moi (sous-entendu : cas désespéré) qui a eu trois fécondations avec une IAC en mode « no limit sur les follicules ». Deux embryons n’ont pas tenu mais le dernier est toujours en place. Elle me demande à demi-mot si je souhaite maintenir l’insémination avec mes cinq follicules. Of course meuf ! Tu déconnes ou quoi ?! Je ne me suis pas tapé une stim pour tout plaquer maintenant. « Et à 200 balles l’IAC, faut rentabiliser » dixit Lucien. Notre famille nombreuse est en marche, un point c’est tout.

giphyLire la suite »

#362 IAC 3 : troisième contrôle !

J9. Road trip parisien entre le 1er novembre et un dimanche. Personne sur les routes.

Laboratoire Eylau Neuilly à 8 heures du matin puis direction le Centre d’Échographie de l’Odéon, que je vous recommande chaudement (comme quasiment tous les confrères conseillés par Madame-Hope). Nous avons été reçus par le Docteur B.  Mec au top, matos de ouf pour l’échographie, fauteuil d’examen sans étriers, petite serviette pour se couvrir les fesses. Lucien a assisté à sa première échographie de follicules. Nous étions tous deux en admiration devant l’écran géant qui mesurait tout seul mes follicules en les illuminant de différentes couleurs ! Bonus : j’ai pu entendre le bruit de mon artère utérine ! 😀 Good news : mon adénomyose n’est « pas si pire » selon lui (ce qui confirme les dires de Madame-Hope). « Endomètre uniforme de 8.3 millimètres en trois feuillets » selon le compte-rendu. Nickel ça nan ?

Côté pratique concernant ce centre d’échographie :
– le métro est à deux pas
– le quartier est grave cool : boutique Aroma-Zone, Starbucks, et Maison Georges Larnicol
– j’ai payé l’écho 80€ (soit 10€ de moins que chez Madame-Hope)Lire la suite »

#361 IAC 3 : l’IAC relou !

J6. Prise de sang et échographie avec la remplaçante de Madame-Hope. 

Fatigue, maux de tête, moral en dents de scie, compulsions alimentaires et sommeil de merde : comme pour les IAC 1 et 2, le MENOPUR ne me réussit pas. « Heureusement c’est la dernière fois. » Voilà ce que je me dis pour tenir le coup. Je sais que la ménopause artificielle avant la FIV DO sera peut-être pire, mais chaque chose en son temps !

Rien à signaler côté échographie : on rejoue exactement la même partition que les deux fois précédentes. Pourquoi le résultat serait-il différent ? Le bonus, c’est le programme qu’elle m’annonce pour la suite :Lire la suite »

#358 Histoires de boulot … (2/2)

Dans l’article précédent je parlais d’une collègue – la seule – qui avait fini par s’habituer à la personnalité de la folle. Elle m’a révélé son secret : elle s’apprête à quitter la boite ! Je m’imagine déjà en panique seule en tête-à-tête avec la folle … Heureusement le timing est parfait : j’apprends ça juste avant mon rendez-vous avec le psychiatre.

giphy

J’explique, je pleure. Selon lui ce que je ressens est normal et ce type de personne / personnalité peut désorganiser tout un service. Et moi, au milieu de tout ça … je suis fragile ! Enfin non : je suis « fragilisée ». Par ce qu’il s’est passé avec mon père (je n’y pensais pas / plus du tout) (c’était avant la nouvelle hospitalisation) et bien sûr par la PMA.

Sauf qu’il m’explique que c’est la médecine du travail qui a le pouvoir de faire bouger les choses. Que je ne peux pas être être mise en arrêt de travail durant trois mois. Panique dans mon cerveau : « Donc là je dois retourner bosser ?! » Re larmes. Il a eu pitié de moi et m’a « offert » dix jours loin de la folle. Soulagement temporaire.

En sortant de son cabinet j’appelle la médecine du travail. Pas de rendez-vous avant trois semaines. Mais le timing se goupille bien : arrêt de travail >> retour au taff durant la semaine où la folle est en congé >> rendez-vous avec le médecin du travail. Je mets N+2 et DRH au courant, parce que je veux être la plus transparente possible. Et aussi parce que j’espère que mon arrêt + ma demande de visite médicale les secoueront un peu et qu’ils m’offriront une option avant que j’ai besoin de passer par le médecin du travail. On peut toujours rêver un peu hein ! En attendant je décide de ne pas travailler durant mon arrêt. J’écris clairement à N+2 que je suis « dispo pour discuter à mon retour » (sous-entendu : ne m’emmerde pas pendant mon arrêt de travail). Elle me cale direct un entretien le jour de ma reprise.


Dix jours plus tard, sur le chemin du retour au travail, surprise !

a1df9363-a32b-4aec-b3dd-3b1616544854
Génial …

La première question de la folle quand elle me voit :
« – Tu étais en arrêt maladie ou en vacances ?
– En arrêt.
– Pourquoi ?
– Je ne veux pas en parler. »
Fin de la discussion. Ambiance glaciale dans le bureau.
Trois heures plus tard, j’apprends qu’elle est allée interroger d’autres collègues pour savoir pourquoi j’avais été arrêtée … Me voilà directement replongée dans le bain.Lire la suite »

#357 IAC 3 : à quoi bon ?

Alors qu’il m’apparaissait impensable de ne pas tenter la dernière IAC il y a encore quelques semaines, peu à peu l’idée a fait son chemin. En réalité c’est surtout la lassitude et le « à quoi bon » qui ont pris le dessus. Pourquoi ne pas attendre tranquillement la FIV DO, en début d’année ou au printemps 2020 ? On est pas bien là, pépère dans notre (énième) pause PMesque ? Pour couronner le tout et mettre un peu plus de côté la PMA, mon père vient à nouveau de se faire hospitaliser, cette fois pour une merde dans les poumons.

Lucien a un argument en faveur de cette dernière IAC : ça fait trois mois qu’il gobe les compléments alimentaires à 1000 dollars la boite donc on peut parier sur une amélioration potentielle de sa qualité spermatique. Mais j’ai une réponse imparable : je ne suis pas sûre d’avoir envie de m’infliger (encore) ça pour rien. Et puis j’ai beau faire toute la visualisation positive du monde, je n’arrive pas à voir mes ovocytes autrement que comme des pauvres trucs tout rabougris (et ce ne sont pas les spottings 15 jours par mois qui m’aident).Lire la suite »