#271 FIV ICSI 2 bis : the end is coming

Inutile de vous faire un topo sur la période d’après-transfert, j’ai déjà écrit 1000 fois sur le sujet. Cette fois-ci est quand même apparue une nouveauté : la résignation. La vraie, celle où l’on se projette déjà dans le planning de la FIV ICSI 3. Puisque ça n’a jamais fonctionné jusqu’à maintenant, pourquoi cette fois-ci serait-elle différente ? Rassurez-vous, l’espoir ce petit bâtard est toujours là, avec son cortège de symptômes que l’on interprète comme bon nous semble.

Bref : on attend et c’est (déjà trop) long.

giphybored

Publicités

#269 Interlude SMS

J’ai un entourage plutôt bienveillant et je ne suis pas habituée aux remarques à la con. Alors quand hier l’un de mes meilleurs potes m’a sorti ça, j’étais à la fois choquée, attristée et en colère. Je vous sélectionne les plus belles perles (et vous épargne la prise de tête qui a suivi).

Capture d_écran 2018-05-21 à 06.01.49capture-d_c3a9cran-2018-05-21-c3a0-06-02-091-e1526875715473.pngCapture d_écran 2018-05-21 à 06.02.15Lire la suite »

#266 FIV ICSI 2 bis : la suite après l’échec du double transfert

Laboratoire Eylau. Prise de sang. Salle d’attente. Comme un putain d’air air de déjà-vu.

Madame-Hope m’a tout de suite demandé comment ça allait, se doutant bien que je ne pétais pas le feu. Je lui ai raconté le petit down qui avait suivi le résultat et ma façon de compenser sur la bouffe. L’inquiétude face à la suite aussi.

Elle a pris le temps de répondre à toutes mes interrogations. Pour faire court et au risque de jeter un pavé dans la mare : à part le diagnostic pré-implantatoire encore interdit en France pour les couples sans souci génétique, les examens style Fish test, Era, Wintest et même MatriceLab n’ont rien de fiable à 100%. « MatriLAB ça marche très bien sur les réseaux sociaux parce que ça parle de « cellules tueuses », NK and co. On est les seuls en France à le pratiquer ; si c’était si génial que ça, pourquoi les autres pays ne le proposent-ils pas ? Peut-être que dans quelques années on pourra affirmer que c’est un test indispensable, mais pour le moment il n’en est rien. » En résumé : tous ces tests donc j’entends parler sont trop expérimentaux, non concluants ou alors les études à leur sujet se contredisent. D’après Madame-Hope même l’IMSI est remis en cause, car finalement ça n’apporte pas de meilleurs résultats que l’ICSI.Lire la suite »

#264 FIV ICSI 2 bis : se relever après un échec

Un grand merci pour tous vos mots sous mon précédent article. ❤

La pire a été d’annoncer la nouvelle à Lucien. La tronche de la surprise quoi …  Puis on a pleuré (un peu), on a bu (surtout Lucien), on a mangé (trop), on a dormi (mal) et on a confirmé l’absence totale de grossesse avec une seconde prise de sang à la date initialement prévue, histoire de faire les choses dans les règles. Spoiler alert : il n’y a pas eu de miracle.Lire la suite »

#262 FIV ICSI 2 bis : entre le transfert et la prise de sang (bis)

Après quelques hésitations, Lucien et moi avons décidé de faire la prise de sang un jour plus tôt. Pourtant après la phase « je veux savoir tout de suite » est apparu le déni : j’ai tellement peur de me prendre un résultat négatif que je suis prête à repousser la date fatidique. Mais vendredi signant mon point mensuel avec la DRH quant à l’éventuelle poursuite de mon télétravail, je me suis dit qu’il valait mieux savoir quelle direction allait prendre le mois de mai … Puis une première prise de sang un jeudi, ça permet de remettre ça 48 heures plus tard si jamais il y a une bonne nouvelle. Et dans le cas contraire, j’ai rendez-vous avec mon psychiatre le matin avant d’aller bosser … Parce que soyons honnête : malgré mon ZOLOFT bon moral actuel, je ne sais pas du tout comment j’encaisserais un échec.

Jeudi Lucien restera travailler à la maison avec moi. Nous irons sûrement au laboratoire de ma ville, celui où tu dois poireauter jusqu’à 17 heures 30 avant d’avoir les résultats, et ce même si tu t’es fait piquer à 7 heures du matin.

Je ne suis pas sûre du tout d’avoir hâte d’être à jeudi.

#257 FIV ICSI 2 bis : la question à 1000 dollars

Les jours passent, lents et rapides à la fois : j’ai du mal à réaliser que nous sommes déjà en avril et pourtant le transfert me paraît encore trop loin. Mon inconscient lui a bien pigé que ce moment arrivait à grands pas. Je ne suis pas sereine. J’ai beau nager ou courir chaque jour, je me réveille dix fois par nuit (et je ne peux plus accuser la ménopause artificielle). Si je suis 100% honnête avec moi-même, je dois bien reconnaître que je suis complètement flippée.

giphy
Moi, intérieurement.

La question du transfert d’un ou deux embryons ne s’est pas posé bien longtemps. Lucien et moi étions parfaitement d’accord avant même de nous concerter : « on tente les jumeaux » si Madame-Hope juge que tous les voyants sont au vert. Si ça fonctionne, ce sera magique. Sinon il faudra me ramasser six pieds sous terre (et on sera moins fous pour les transferts suivants).

#255 « Je suis doué d’une sensibilité absurde. Ce qui érafle les autres me déchire. »

Je n’ai rien trouvé de mieux que cette citation de Flaubert pour illustrer mon état. Déjà qu’en temps normal je suis plutôt du genre hypersensible, mais en ce moment c’est le pompon !

Quatre semaines et trois jours que la piqûre de DECA a été faite. Plus le temps passe et plus tout part en vrille, comme l’année dernière. En top trois des effets secondaires indésirables, j’ai nommé : les troubles du sommeil, la transpiration « nocturne » (entre 20 heures et 7 heures) et le moral en freestyle.Lire la suite »