#373 Bye bye 2019 !

Alors que je songeais à ce qui m’attend pour 2020, j’ai voulu me replonger dans l’année 2019. Quelle idée !

Ça débutait fort : le 31 décembre 2018, on apprenait que le don de moelle osseuse réalisé par ma soeur pour mon père n’avait pas fonctionné. Mais toutes nos cartouches n’étaient pas épuisées : j’étais là moi aussi, compatible, pas en cloque et plus que prête à jouer mon rôle dans cette aventure.Lire la suite »

#371 IAC 3 : the end (et la suite) !

Comme toujours souvent, je n’ai pas pu attendre les 14 jours après l’insémination. Pas de spottings (sans doute grâce à ma dose supplémentaire de progestérone) mais tous mes symptômes prémenstruels classiques. Je n’ai absolument aucun espoir / aucun doute sur l’issue de cette ultime IAC. C’est donc avec 48 heures d’avance que je me rends au laboratoire. Sans surprise :

DOSAGE DE  PLASMATIQUE
Taux < 5 UI/l
Test de grossesse : Négatif

Lire la suite »

#370 « On va vous donner un petit coup de pouce. »

Ce qui devait arriver arriva : ma dernière copine PMette est enceinte. Mes yeux s’embuent de tristesse à la lecture de son message, malgré toute la joie que je ressens pour elle. ❤

Comme la vie est bien faite parfois, le soir même j’ai rendez-vous chez mon psychiatre. D’emblée je lui dis ironiquement que je pense couver une petite dépression saisonnière. On est en novembre, la nuit tombe à 17 heures et il fait froid. Mais en vrai j’ai la déprime chevillée au corps depuis quelques temps : zéro motivation (même pour le yoga je dois me forcer) et moral en berne les ¾ du temps. Au boulot je fais acte de présence : cerveau vide devant mon écran, je m’en tiens au minimum syndical, incapable de me concentrer sur quoi que ce soit. La présence de ma collègue folle ne m’aide pas – plus qu’un mois à tenir – et je passe le plus clair de mon temps à glander sur internet à la recherche de … De quoi ? D’un sens à la vie ?

giphy-2Lire la suite »

#355 Histoires de boulot … (1/2)

J’en peu parlé de la folle qui remplace ma N+1 (depuis avril et jusqu’à la fin de l’année). Entre le don de moelle osseuse, le retour de la dépression, mes congés et mon changement de bureau, j’ai pu éviter de travailler avec elle la majeure partie du temps. Mais cette « douce » période est révolue.

Cette femme a un gros problème psychiatrique (ce que je vous raconte là ne sont pas des hypothèses sorties de mon imagination, ce sont ses propres mots). Elle est « bipolaire, pas stabilisée » et prends des tonnes de médicaments (dont de l’ORAP, qui est tout de même indiqué pour les « états psychotiques chroniques (schizophrénies, délires chroniques non schizophréniques : délires paranoïaques, psychoses hallucinatoires chroniques) » qui la rendent complètement amorphe ou insupportable.Lire la suite »