#296 Arrêter d’attendre ?

It doesn’t get any better than this.

Je ne suis pas une grande fan de podcasts. Mon cerveau est incapable de faire une seule chose à la fois. Je dois avoir une sorte de trouble de l’attention et hyperactivité jamais diagnostiqué ! Du coup parfois je lance un podcast mais il y a toujours un moment où je me mets à faire autre(s) chose(s) en même temps, donc je décroche (celui-ci n’a d’ailleurs pas échappé à cette règle, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois).

Alors quand tousles28jours (ma dernière copine in real life PMette et pas encore enceinte) (coeur sur toi soeur de galère) m’a mis celui-ci sous le nez, j’étais d’abord un peu sceptique. Et puis comme il s’intitule « Arrêter d’attendre », je lui ai donné sa chance. Parce que l’attente, c’est un peu toute ma vie en ce moment (donc pas qu’en PMA).

changemavie.com/episodes/attendre

Vous pouvez zapper le début, parce que ça commence vraiment à être intéressant à partir de la minute 02:10. Vous me direz (ou pas) ce que vous en pensez, mais moi j’ai bien aimé l’idée de « savourer » le moment présent, quel qu’il soit. Même si c’est loin d’être facile au quotidien, d’autant plus quand on vit des moments difficiles. Tout ce qu’elle raconte semble n’être que du bon sens, et pourtant je pense que ça fait du bien de le rappeler.

Apprécier le moment présent, le respecter, l’aménager, l’habiter, le savourer … ça transforme toute votre expérience. Vous n’êtes plus jamais dans l’attente, vous êtes juste là, présents, occupés à vivre. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut rien changer à votre situation de vie. Ça veut juste dire que vous n’avez pas besoin d’attendre ce changement pour ressentir dès maintenant une certaine couleur, une certaine version de ces émotions que vous recherchez.

Publicités

#295 Les bras m’en tombent !

Vous vous rappelez de ma boss ? Bientôt 40 ans, très sympa et qui bosse juste en face de moi ? Elle était en PMA depuis à peine un mois avant de tomber enceinte lors de sa première IAC. Et bien elle a récemment remis le couvert pour bébé numéro 2. Cette fois, moins de chance : il lui a fallu trois IAC. Mais surprise : il y en a deux ! Des jumeaux !

Comment la vie peut-elle à ce point se foutre de ma gueule ?

#294 Hyperstimulation ovarienne : suite et fin !

Par chance et en suivant à la lettre les conseils de Madame-Home (à savoir : rester au repos total H24 ou presque), mon hyperstimulation ovarienne n’a pas nécessité de passage aux urgences et n’a pas duré trop longtemps. Enfin pour moi qui suis plutôt active, ça a été très long. Mais objectivement : j’ai eu des douleurs pendant une semaine (jour de la ponction inclus). Seule la position allongée les soulageait, l’ANTADYS conseillé par Madame-Hope améliorait à peine les choses. À chaque mouvement, j’avais mes ovaires version melons qui tiraient sur leur « ligament d’attache » en se baladant dans la flotte de mon bide. Impossible de dormir sur le côté par exemple. Mon ventre a mis 15 jours à redevenir plat. Et franchement c’est assez perturbant d’avoir un bide version femme en cloque alors qu’on a pas l’ombre d’un embryon dans le corps.

beerbellyLire la suite »

#293 On pardonne ou pas ? (second degré) (voire troisième) (voire plus)

Après cette magnifique démonstration (qui était en réalité une terrible récidive), je vous livre la suite (qui est arrivée deux jours plus tard, comme si absolument rien ne s’était passé). Je n’ai pas pu résister à l’envie d’y répondre. [Madame asdecarreau tu ne m’en veux pas d’avoir repris tes mots si bien choisis à propos du mode abandon avec adoption intra-familiale ?] ^^

sms1.pngLire la suite »

#292 Pour FIV heureux, FIVons cachés ? Partie 2 : la ponction et l’après (hyperstimulation ovarienne inside)

J21 (cycle FIV – ponction – début novembre) : arrivée à 7 heures à La Muette. Madame-Hope étant toujours en congés, c’est Docteur A. que je découvre. Elle ne me plaît pas du tout : alors que j’attends comme une pauvre merde dans le couloir froid à côté du bloc, je l’entends râler sur tout et tout le monde. Néanmoins elle passe dans la chambre plus tard pour nous annoncer 19 ovocytes (ou « complexes cumulus » selon le compte-rendu). Je n’ai jamais pondu autant ! Mais quantité ne veut pas (du tout) dire qualité, et je l’ai bien à l’esprit.

J22 : je n’ai jamais eu aussi mal au bide, même après la coelioscopie. Le DOLIPRANE et le SPASFON ne sont d’aucune utilité. Ce Docteur A. est une bouchère ! L’appel du laboratoire nous sort du lit : 14 ovocytes matures injectés hier. 12 fécondés aujourd’hui. Tous mis en culture prolongée. Transfert possible dans 5 jours, selon ce que Madame-Hope décidera après le week-end. On est content mais on ne s’emballe pas.

J23 : plus de 48 heures après la ponction, je suis toujours aussi HS et gonflée. Au point que ça inquiète Lucien, qui envoie un mail à Madame-Hope pour décrire mon état. La réponse ne se fait pas attendre : rendez-vous demain à la première heure. D’ici-là direction les urgences si les douleurs s’intensifient.Lire la suite »

#290 Pour FIV heureux, FIVons cachés ? Partie 1 : l’avant et la stimulation

cache

J20 (cycle pré FIV – début octobre) : début du PROVAMES (1 comprimé matin et soir)

J23 : prise de sang pour l’anesthésiste. Le PROVAMES commence déjà à me taper sur le système.

J26 : rendez-vous avec l’anesthésiste. Le mec (poils du torse apparents et grosse chaîne en argent autour du cou) m’oublie en salle d’attente et me sort : « Bah il faut vous manifester ma p’tite dame ! » Analyse interne de la situation : il est 9 heures du matin, si je pète un câble maintenant la journée risque d’être longue. J’inspiiiiiiire de l’amour et j’expiiiiiiiire la colère. Finalement il est pas si nul, il prend le temps et répond à mes questions. Du coup je me ravise : j’évite de lui dire que j’espère que ce n’est pas lui qui sera présent le jour de ma ponction.Lire la suite »