#355 Histoires de boulot … (1/2)

J’en peu parlé de la folle qui remplace ma N+1 (depuis avril et jusqu’à la fin de l’année). Entre le don de moelle osseuse, le retour de la dépression, mes congés et mon changement de bureau, j’ai pu éviter de travailler avec elle la majeure partie du temps. Mais cette « douce » période est révolue.

Cette femme a un gros problème psychiatrique (ce que je vous raconte là ne sont pas des hypothèses sorties de mon imagination, ce sont ses propres mots). Elle est « bipolaire, pas stabilisée » et prends des tonnes de médicaments (dont de l’ORAP, qui est tout de même indiqué pour les « états psychotiques chroniques (schizophrénies, délires chroniques non schizophréniques : délires paranoïaques, psychoses hallucinatoires chroniques) » qui la rendent complètement amorphe ou insupportable.

Le principal problème, c’est qu’elle me met (pire que) mal à l’aise. Elle m’angoisse, littéralement. Elle a une façon de s’épancher et de se répandre sur TOUTE sa vie, tout en étant hyper intrusive dans celle des autres. Exemple : elle nous a dit très sérieusement que, l’amour de sa vie l’ayant quitté et qu’elle n’a pas d’enfant (elle a 56 ans), il ne lui restait plus qu’à se jeter sous un train. On a tellement flippé qu’on a fait remonter « qu’elle n’allait pas très bien » à la hiérarchie, au cas où elle mettrait sa menace à exécution. Autre exemple : lorsqu’elle a appris que la mère d’une collègue était décédée, elle lui a posé des questions à n’en plus finir pour avoir tous les détails. Et je ne vous raconte pas la fois où elle a lourdement insisté auprès de moi pour savoir « pourquoi, toi, à ton âge, tu n’as toujours pas d’enfants ». Elle se colle à trois centimètres de ton visage quand elle te parle et elle décrit TOUT ce qu’elle fait (jusqu’à lire à voix haute les mails qu’elle écrit et reçoit). Enfin, un jour que j’avais loupé un déjeuner d’équipe, elle m’a fait la réflexion suivante : « Tu aurais du venir Lucienne, ça ne t’aurait pas fait de mal de manger un peu, tu es très maigre. » Voilà voilà … Et ce n’est là qu’un mini florilège !

Alors je sais que tout ça n’est pas foncièrement méchant et que ça fait partie de sa pathologie. Mais moi, partager 24 heures par semaine un petit bureau avec elle, je ne peux pas, même si ce n’est que jusqu’à fin décembre 2019. Tout le monde reconnait que ça a été une grosse erreur de recrutement, mais une fois qu’était passée la période d’essai, impossible de la virer. Elle a bien été « recadrée » mais le résultat a été pire que mieux : elle est devenue parano (limite agressive) en voulant absolument savoir qui avait balancé quoi. Sous ses airs gentiment perchés, elle est loin d’être conne et a aussi un vrai côté manipulatrice.

Sur les trois nanas qu’elle a côtoyées, deux ont pu changer de bureau (après avoir très mal vécu la cohabitation) et une a fini par s’habituer à cette personnalité « fantasque » (franchement chapeau). Et puis il y a moi : le soir de mon retour dans le bureau de cette dame, je craqué. Je me suis sentie mal toute la journée. Je sais que je ne peux pas compter sur la DRH sur ce coup. J’ai demandé un entretien avec N+2 qui m’a répondu qu’elle n’avait pas le temps. Ça a été la goutte d’eau. Je suis rentrée chez moi – épuisée psychiquement – et j’ai appelé mon dernier recours : le psychiatre. J’ai laissé un message – en pleurs – sur son répondeur. Il m’a rappelé un quart d’heure après : il n’avait rien compris (trop de larmes sans doute). Je lui ai réexpliqué rapidement la situation en (re)pleurant et il m’a calé un rendez-vous le surlendemain.

Je n’avais pas craqué ainsi depuis des mois. J’appréhendais le retour dans ce bureau et il s’est avéré aussi angoissant que prévu. Ce genre de conneries me prouve bien que, derrière la façade souriante dopée au ZOLOFT, tout est encore fragile. Et face au blocage de la situation côté DRH et N+2, j’espère sincèrement que le psychiatre me mettra en arrêt maladie. Je pourrai ainsi continuer à travailler tranquillement depuis chez moi.

13 réflexions sur “#355 Histoires de boulot … (1/2)

  1. J avoue , grosse erreur de recrutement .. Comment cette personne peut manager des gens ? ! Elle est tout à fait inapte ! C est carrément de l incompétence de l avoir recrute ! ! Éloigné toi de ces personnes , c est trop néfaste…

    Aimé par 1 personne

    • Alors heureusement elle n’a pas hérité du côté management du poste de ma N+1. Donc hiérarchiquement elle est au même niveau que moi. Mais elle est de toutes façons inapte : elle n’est pas capable de faire la moitié des tâches pour lesquelles elle a été embauchée.

      J'aime

  2. Alors non, je ne suis pas d’accord. Ce n Est pas parce que tu n’es pas capable de gérer toutes les situations malaisantes que tu es fragile. Cette femme est folle, vraiment, et ça ne doit pas te remettre en question ! En ce moment je ne peux plus blairer ma chef ça ne fait pas de moi qq1 de fragile. Et pourtant si je devais partager un bureau avec elle je pèterais un câble aussi !!!!

    Aimé par 2 personnes

    • Ah c’est « drôle » ta façon de voir les choses, ce point de vue extérieur. Je n’y avais même pas pensé. Pour moi – avec toutes mes casseroles – j’étais d’office « la faible qui n’arrive pas à gérer ça ».

      J'aime

  3. Je suis d accord Avec tous les 28 j clairement la ce n est pas du tt ton état qui est en cause ! Cette personne ne peut pas vivre avec une équipe si la hiérarchie le comprend pas z’ effet faut te faire arrêter si possible, j espère que tu trouveras une solution rapido

    Aimé par 1 personne

  4. 100% d’accord avec Tousles28jours.

    De plus, si N+2 essaie de t’éviter c’est qu’il (elle?) se sent merdeux à 200%..

    Tu as essayé de faire remonter à N+3 ou N+4, avec rapport détaillé et en mettant bien le nez dans le caca aux recruteurs? ça c’est un coup à virer N+2 comme un malpropre pour avoir fait une connerie pareille! Il est tout autant à dégager que l’autre folle pour un tel manque de discernement, tu peux souligner que cette erreur est de nature à couler toute la boite…

    Et sinon je te trouve super forte d’arriver à tenir le coup!!!

    Des bisous

    Nath

    Aimé par 1 personne

    • Clairement N+2 se sent merdeuse. Elle sait que la folle et moi c’est pas possible (on en a déjà parlé plusieurs fois) et elle m’a laissé dans un autre bureau tant qu’elle pouvait (cet été il y avait les travaux comme prétexte) mais là ça ferait vraiment trop bizarre de me re-déménager ailleurs (et pourtant il y aurait une place). Au-dessus de N+2 c’est directement la DG puis le président, donc clairement pas le genre à vouloir s’emmerder avec des histoires comme ça. Le truc c’est qu’ils savent tous que la folle est « un peu bizarre », mais ça n’a rien à voir de la croiser de temps en temps dans les couloirs et de partager un bureau avec elle. Et c’est hyper délicat de remonter ça, puisque c’est vraiment dans le relationnel / comportemental qu’elle est « malaisante ». Cet été les nanas qui partageaient son bureau en ont parlé mais le recadrage fait par N+2 a été à chier. En gros elle lui a dit qu’elle parlait trop et que ça dérangeait les collègues. Sauf que le fond du problème c’est pas réellement ça. Mais comment tu veux expliquer ça à une dame avec un vrai problème psychiatrique ? C’est hyper délicat, et je ne suis même pas sûre qu’elle soit consciente de tout ça.

      J'aime

  5. J’avais un collègue étiquetté bipolaire dans mon ancien service. Avant de le connaître, il me mettait super mal à l’aise vis à vis des patients. Était capable de dire à haute voix lors d’un change :  » putain il a la merde qui lui colle au cul  » la honte… Le manque d’humanité… Eh puis ben on y pouvait rien… Le cadre était au courant et il est parti à la retraite. Alors je comprends que tu puisses être mal à l’aise. Détache toi autant que tu peux de cette personne. N’hésite pas à lui dire frontalement que tu n’as pas envie d’aborder certaine conversation et effectivement si la solution est l’arrêt eh bien prends soin de toi. Bon courage

    Aimé par 1 personne

    • J’en ai parlé à mon psychiatre qui m’a dit que, vu son traitement, elle ne devait pas être que bipolaire … J’ai deux écrans au taff et elle est en face de moi donc je suis assez bien cachée ^^ mais je bloque totalement, juste sa présence me fout mal à l’aise. Et je n’ose pas lui dire les choses clairement comme je pourrais le faire avec n’importe qui d’autre. J’ai vu comment elle a réagi quand elle a compris que des collègues s’étaient plaints et je n’ai pas envie de prendre le risque d’aggraver l’ambiance.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s