#353 IAC : la pause

Lorsque je retrouve Lucien le soir du résultat, il me demande : « Est-ce que ça vaut vraiment le coup qu’on fasse la troisième IAC ? » Copine PMette m’avait formulé la même chose à peine différemment trois heures plus tôt. Alors je ressors mon argument : si Madame-Hope nous a proposé d’en faire trois (et pas deux ou quatre), c’est qu’elle doit avoir ses raisons. En tout cas j’ai envie d’y croire. D’autant plus que j’ai lourdement insisté lors d’un précédent rendez-vous pour qu’on « ne s’acharne pas si ça ne vaut pas le coup ». Donc je ne lâcherai pas l’affaire. Je ne PEUX PAS ne pas faire cette troisième et dernière IAC.Lire la suite »

#352 IAC 2 : the end

Après mes quelques jours de cafard autour de l’insémination a succédé la « vie normale » (option protège-slips et ovules de progestérone) (option double tirage de chasse d’eau pour ne pas laisser une armée de petits « flotteurs blancs » 😉 à la surface des WC) (toi-même tu sais de quoi je parle si t’es une vraie PMette). Mon ventre a déballonné – d’ailleurs quelqu’un saurait me dire pourquoi après une IAC on est douloureusement gonflé comme après une ponction !? – donc je me suis sentie mieux. Corps fonctionnel et moral optimiste, tout est Ok.


Une semaine plus tard. Aucun sentiment d’être « dans l’attente ». J’y pense parfois – évidemment – mais je n’y crois tellement pas que le temps passe sereinement. J’ai des symptômes chelous mais ce sont exactement les mêmes que d’habitude quand je suis sous progestérone et j’en ai marre de me faire des films.


Deux jours avant la date de la prise de sang, mon corps me spoile : syndrome prémenstruel de l’espace + sang mélangé à la progestérone. C’est la grève des laboratoires (il ne manquait plus que ça), heureusement le mien est quand même ouvert jusqu’à 15 heures ; je m’y rends donc avec un peu moins de 48 heures d’avance sur ce qui était prévu. C’est con, pour une fois que j’arrivais à attendre ce moment sans souci et sans impatience et sans espoir. C’est sans surprise et – presque – sans déception que je prends connaissance du résultat.Lire la suite »

#351 « Toujours pas grand-mère. »

Il y a quelques jours j’ai bidouillé la boite Gmail de ma mère pour lui rediriger ses mails Outlook dessus. Je fais un essai, tout est Ok. Mais en allant supprimer mon message test, j’ouvre – sans vraiment le vouloir – un ancien courrier qu’elle a envoyé à ses amies. Mes yeux ne peuvent pas éviter cet extrait :

(…) le temps semble encore figé malheureusement … toujours pas grand-mère (…)

Lire la suite »

#350 Question salpingectomie !

Pas de panique, ce n’est pas pour moi. Il s’agit d’une question qu’on se pose avec Lucien. Et Google est assez mauvais sur ce coup pour les réponses.

Quand on a les trompes retirées, il n’y a plus aucune chance de grossesse naturelle, ça c’est Ok. Mais que deviennent les ovaires ? Ils « flottent » dans le ventre ? Et lors de l’ovulation, où va l’ovocyte ? Et pour les règles ? Est-ce que l’endomètre s’épaissit de la même façon que quand on a encore des trompes ? A-t-on toujours des cycles normaux ?

Je poserai la question à Madame-Hope à l’occaz. Mais si vous avez déjà des éléments de réponse, ça m’intéresse !

#348 IAC 2 – Que me veut N+2 ? (2/2)

14 heures. Je me pointe comme prévu dans le bureau de N+2 avec mes documents sous le bras. Autant les entretiens annuels ont tendance à me stresser, autant là j’y vais en mode détente. Et surtout super curieuse de savoir ce dont elle veut – vraiment – me parler !

« Ça fait longtemps que l’on a pas fait un point ensemble. » Okay, allons-y alors. Je lui fais un résumé de ce sur quoi j’ai bossé cet été, le fameux dossier « finalisé pour que la suite puisse être prise par quelqu’un d’autre au cas où je m’absente ». Puis à la fin de mon speech, je pose quand même que « pour le moment je n’ai aucune raison de m’absenter ».Lire la suite »