#338 La culpabilité : épisode 3 !

[L’épisode un – mon premier contact avec la naturopathie – est ici.  Le second – lié à mon passé – est là-bas.]

Depuis mes 17 ans, je cours. Footing, jogging, course à pied, running … appelez ça comme vous voulez. J’ai couru pour m’entrainer pour le baccalauréat, pour maigrir, pour compenser mes crises de boulimie, pour me vider la tête, pour progresser et me dépasser en compétition, pour partager un moment sympa avec mon père ou ma soeur … Au fil des années j’ai couru pour mille et une raisons, plus ou moins bonnes et plus ou moins saines.

Depuis que j’essaye de faire un bébé, il y a une remarque qui revient souvent. De la part de personnes connaissant la PMA comme de la part des « autres », ceux qui adorent balancer des lieux communs du même style que « arrête d’y penser ». Cette remarque récurrente – on me l’a encore sortie il y a à peine quatre jours – c’est : « Tu devrais arrêter de courir. »

J’ai toujours refusé de l’écouter. Après mon tout premier transfert d’embryon il y a des années-lumières, j’ai couru. Parce que ça faisait partie de ma vie normale. Je courais 30 minutes chaque matin avant d’aller bosser, comme certains font un brushing ou prennent leur petit-déjeuner. Puis j’ai arrêté la course après les transferts, et aussi plus récemment après les IAC. Parce que, dans la tête des gens, les impacts de ce sport ruinent toutes les chances de fécondation et de nidation. J’ai pourtant des tas d’exemples de nanas qui sont tombées enceintes alors qu’elles couraient régulièrement. Certaines continuent même à courir durant leur grossesse ! Mais, pour moi qui n’arrive pas à faire un bébé depuis des années, on se permet de me conseiller d’arrêter.

guilty

Et vous savez quoi ? J’ai tellement pris souvent cette remarque dans la tronche que ça y est, ces gens ont gagné. Aujourd’hui je me restreins sur ce sport qui m’aère la tête, au sens propre comme au figuré. Sinon je culpabilise. Dorénavant, même en dehors de cette fameuse période après les transferts ou après les IAC, je m’oblige à moins courir : trois fois cinq kilomètres par semaine, pas plus. Et même ça, j’en culpabilise encore autant que si je m’enfilais un rail de coke ou que je me prenais une cuite tous les week-ends. Peut-être que ça parait (toujours) énorme pour certains, mais c’est très peu pour moi. Et objectivement ça donne 1 heure 30 de course pépère hebdomadaire, ce qui n’a rien d’abusif.

Heureusement que j’ai maintenant mon antidépresseur le yoga pour me faire du bien et me vider la tête. Et là, j’ose espérer que personne ne trouvera rien à redire à ma pratique. Ce serait le pompon qu’on me sorte que le yoga nuit à ma fertilité !

69 réflexions sur “#338 La culpabilité : épisode 3 !

  1. Mais rechausse vite tes Asics et va courir enfin !!! Ne laisse pas les ignorants gagner, ceux là même qui ne sont pas capables de faire trois foulées et enragent de te voir avaler les km.
    J’ai toujours fait beaucoup de sport (running/natation/cyclisme/yoga) et je suis tombée enceinte de mon petit Poussin – j’ai fait du sport jusqu’à la fin.
    Le sport c’est bon pour la santé, mille fois meilleur que la culpabilité, le McDo et le Zoloft. Et ça vascularise ton utérus. Et ça libère ta tête.
    Alors GO !!! (il y a de beaux parcours à Vincennes).

    Aimé par 2 personnes

      • Carrément… je sais qu’on peut vite culpabiliser… lors de ma toute dernière FIV j’ai eu mes règles juste 7 jours après le transfert (pourquoi je ne saurais jamais)et des douleurs après avoir refait un lit puis rapidement un léger saignement… tu penses bien que je m’en suis voulu l’espace d’un instant en me disant peut être que si je n’avais pas refait le lit, peut être que… alors courir et changer un lit y a t’il une différence ? Je me dis c’est la vie, dans mon cas le destin en a voulu ainsi c’est tout … je pense que je referais pareil parce qu’il faut vivre plutôt que de s’arrêter de bouger… parce que si ça doit se faire cet embryon il reste accroché … 😘💕

        Aimé par 1 personne

  2. Satané culpabilité !! Tu vas rire mais je viens de faire absolument l’inverse. Parait que pour l’endometriose, il faut faire du sport… Un esprit sain dans un corps sain. Depuis 3 semaines, je me suis inscrite à la salle alors que depuis 3 ans je ne faisais rien ou que des trucs doux et je m’ennuyais à mourir. Marre de ne vivre que pour la PMA !! De toute façon, si tu écoute les gens, on ne fera jamais assez bien. Et après, on va te dire que c’est parce que tu y penses trop parce que toute ta vie est organisée autour de ce désir… Mon mec est sous traitement, je suis en 2ème partie de cycle et demain, on se fait la session de canyoning le plus hard qu’on ait pu trouver et aux chiottes la culpabilité, je vais carrément me faire plaisir !
    C’est ouf, j’ai 2 articles prêts dans mes brouillons sur le même sujet que tes 2 derniers articles.

    Aimé par 1 personne

    • Ah bah j’ai hâte de les lire ! 🙂
      Je ne savais pas qu’il fallait faire du sport pour / contre l’endométriose.
      « De toutes façons, si tu écoutes les gens, on ne fera jamais assez bien. » –> Tu as tout résumé en une phrase !

      Aimé par 1 personne

  3. La seule fois où je suis tombée enceinte c’est la période où j avais la moins bonne hygiène de vie. Je comprends pas qu’on puisse te sortir autant d’anneries sur le sport. Quand un embryon veut s accrocher il le fait et ça n a rien à voir avec le nombre de fois où tu cours. Je pense que tu devrais pas te limiter. Cours autant que tu en as besoin

    Aimé par 1 personne

    • Ça me fait du bien de lire tout vos commentaires. Mais le hic c’est que maintenant ce truc – et la culpabilité qui va avec – est quasi « incrusté » en moi. J’ai l’impression que, tant que je serai en PMA, je ne pourrai plus jamais courir 100% sereinement !

      J'aime

        • Ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue … Les 80€ par séance ont fini par me freiner un peu. Comme je vais plutôt bien je ne ressens pas le besoin d’aller « m’épancher » chez elle. Et comme je ne bosse plus en télétravail, c’est compliqué de trouver un créneau (d’autant que ce n’est ni tout près de mon taff, ni tout près de chez moi). Bon là ça fait un peu la meuf qui se trouve des excuses, mais oui c’est vrai que j’ai un peu lâché l’affaire puisque je n’en ressens pas du tout le besoin en ce moment (enfin je ne vais pas me plaindre d’aller bien hein). Mais ça n’a rien de définitif, je la garde sous le coude ! ^^

          Aimé par 1 personne

  4. De toutes façons en PMA c’est toujours un peu de ta faute. Je mange super sain et équilibré et bio et bla bla bla mais je ne fais pas de sports de manière régulière et je suis en surpoids, donc tous les échecs sont forcément liés à mon poids sur la balance. Franchement, je pense que si tu trouves ton équilibre avec la course et que tu ne poursuis pas la performance, tu peux t’envoyer pizza, kinder, un verre de rouge et un bon jogging: la culpabilité est bien pire! #lacheznouslagrappe Vis ta vie Lucienne elle doit être plus jolie quand tu fais ce que tu aimes et tu mérites bien un peu de légèreté!

    Aimé par 1 personne

    • T’inquiètes pour le poids ça fonctionne aussi dans l’autre sens : si mes embryons ne tiennent pas et si mes ovocytes sont pourris c’est sûrement – d’après « les gens » – parce que je suis trop mince et que je ne mange pas correctement !

      J'aime

  5. Ici c’est Psychoti le sportif, et malheureusement lui aussi s’est pris des remarques (de la part des médecins, car par contre le commun des mortels ne trouvait rien à redire à cela ; tout comme le « c’est dans la tête » est rarement balancé aux mecs !). On a fait la FIV1 1 mois après qu’il ait couru un marathon ; les docs ont fait la gueule, alors pour les autres FIV il s’est abstenu (et ca n’a rien changé au résultat de ses spermo… pas catastrophiques mais pas mirobolants non plus).
    Perso je ne suis pas du tout sportive, mais j’ai culpabilisé sur plein d’autres trucs pendant le parcours. Les remarques et doutes des autres finissent toujours par nous atteindre… Et puis quand ca s’éternise, tu finis de toute façon toi même par éplucher toute ta vie à la recherche du pourquoi du comment et te convaincre que d’une manière ou d’une autre, c’est forcément de ta faute !!!
    Bref cours Lucienne, cours ! Et gros bisous

    Aimé par 1 personne

  6. J’avoue, c’est pareil pour moi (bon je cours pas par contre, j’ai jamais trouvé ma respiration, mais je nage, généralement en HIIT). Je suis partagée entre “il y a plein de nanas qui le font et au final et ça pose pas de problème” et le “Et si? Je n’ai pas envie de me sentir coupable d’avoir pris des risques après tout le chemin parcouru”. Alors j’ai tranché et je ne prends “aucun risque” mais ça rajoute une injustice de plus à la liste déjà assez longue de la parfaite infertile…

    Aimé par 1 personne

  7. Pour ajouter de l’eau au moulin de cet argument: lors de mon unique grossesse naturelle, j’ai pratiqué mon super sport dangereux et j’ai beaucoup marché en montagne. Je trouvais juste bizarre d’être si fatiguée et les performances ne suivaient pas. Dès que j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai arrêté, mais la grossesse n’a pas tenu. Pour ma deuxième expérience (grossesse sur fiv) on était en montagne après le transfert, on a beaucoup beaucoup marché. Bref, les deux seules fois où je suis tombée enceinte, je faisais du sport et beaucoup… Mais comme toi, je me sens coupable dès que j’en fait en DPO, donc résultat, j’essaie de ne pas en faire… après si ça se trouve, je dévascularise mon utérus et c’est ça qui fait tout capoter ??? 😉

    Aimé par 1 personne

  8. On m’a déjà dit que je ne faisais pas assez de sport alors bon… (je ne suis pas du tout en surpoids)
    Autant pour le risque de chutes je suis une partisane du « évite…! », autant pour les méfaits de l’effort physique je suis pas aussi tranchée.
    Après tout c’est peut être l’excès « relatif » qui est néfaste, et ça tu es la mieux placée pour le sentir. Tes limites ne sont pas celles des autres.
    Les gens qui te conseillent ils sont sportifs ou pas ?

    Aimé par 1 personne

    • La blague c’est que celui qui m’a ressorti ça il y a 4 jours est un fervent adepte de la musculation !!! Du genre à choisir son lieu de vacances en fonction de la présence de la salle de sport !
      Pour l’excès néfaste je suis tout à fait d’accord (en sport comme partout ailleurs). J’étais tombée je ne sais plus où sur une étude qui parlait des chances en FIV amoindries à partir de 4 heures de running par semaine … Effectivement 4 heures ça peut être considéré comme excessif, mais pour moi qui court depuis presque 15 ans ça ne me choque pas (4 heures / semaine ça a été mon quotidien pendant des années).

      Aimé par 1 personne

  9. Ben moi c’est l’inverse. Je faisais pas de sport et on m’a culpabilisé. Je suis pas en surpoids pourtant. Mais il paraît que ça oxygène le sang. Fait une ovulation de meilleure qualité ou je sais pas quoi…. bon j’ai essayé des tas de trucs et maintenant j’ai un chien que je sors 3x par jour mais euh.. toujours rien

    Aimé par 1 personne

    • C’est vrai ça : on m’a tellement répété que c’était mauvais que je psychote d’office sur le côté négatif de la course à pied, mais je ne me suis pas penchée sur les bienfaits que ça peut avoir !

      J'aime

  10. Enceinte de quelques jours sans le savoir, j’ai fait une séance de 2h de Krav Maga hyper hard et j’ai enchainé deux jours après avec un week-end de beuverie et de natation (oui les deux peuvent être compatibles…) Alors fuck la culpabilité et profite de ton running.

    Aimé par 1 personne

  11. En pma, si tu ne fais pas de sport on te dit que tu es inactive et c’est pas bien, si tu en fais trop c’est mal aussi, il faut être parfaite, réglée au millimètre… L’étude sur fiv.fr que tu as linké indique 4h de sport, si tu cours 1h30, tu as un peu de marge non ? 😊 Il faut prendre soin de soi
    Moi je t’admire j’ai jamais réussi à courir. Mais j’ai commencé un sport (et la salle avec Mr Bee) il y a un an et c’est trop bien ! Après les 2e et 3e IAC on m’avait dit que je pouvais continuer, j’y suis allée, j’ai culpabilisé..c’est un sport avec un peu de choc et des efforts intenses quand on débute comme moi 😅 donc après les transferts je ne vais pas oser y aller je pense

    Aimé par 1 personne

    • L’étude parle des « femmes qui ont rapporté pratiquer 4 heures de sport ou plus par semaine pendant 1 à 9 ans », ce qui est / a été mon cas (pendant + de 9 ans même pour moi). :/ Mais bon, on ne va pas se prendre le chou sur le passé, ce qui est fait est fait.

      J'aime

  12. A l époque de mon transfert gagnant j avais stoppé toute activité sportive depuis 6 mois, remplacée par 45min de marche par jour, histoire de me maintenir en condition physique quand même mais rien de suffisamment physique pour décoller un embryon,
    Peut être que la course à pied n aurait jamais fait ca – mais pas envie de prendre de risque.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s