#332 IAC : Insémination Assez Cool ?

J9. Seconde prise de sang de cette IAC. Depuis une semaine on vit cette petite stim tranquilou. Ça nous prend à peine deux minutes chaque soir (et heureusement que j’ai un rappel sur mon iPhone). Maintenant je pique dans la cuisse et la peau résiste moins que celle du ventre. 😉 Zéro effet secondaire. Finger in ze nose quoi. Madame-Hope m’ayant dit que le résultat de cette PDS conditionnerait une écho fixée le soir même, j’espère avoir un taux « rassurant » et ainsi éviter de poireauter en salle d’attente. Mais comme rien n’est jamais aussi simple que prévu en PMA : oestradiol à 780 pg/ml, je gagne le droit d’écarter les pattes (à 19 heures en théorie, donc plutôt 20 heures en pratique, donc 21 heures chez moi) (le bonheur après un lundi de taff) (cette première IAC commence officiellement à me gonfler).

fedup.gifLire la suite »

#331 L’IAC pour les nuls !

Juillet 2019 : J1 débarque plus tôt que prévu. On tente donc notre chance sur ce cycle, avant les congés d’été de Madame-Hope. Après plus de six mois sans PMA et pour une première IAC, les feuilles d’explications sont appréciées ! D’autant plus que l’on découvre le MENOPUR, jamais testé jusqu’à maintenant. 75 UI par jour à partir de J2, autant dire peanuts. Par contre on se retrouve comme deux co** avec notre fiole de poudre et solvant mélangés de 600 UI : on peut conserver au frigo cette mixture pendant des jours, ça reste stérile (le notice est muette sur le sujet) ?! A priori oui, puisque je ne suis pas morte d’une septicémie. Bref : c’est parti, tranquilou et sans pression.Lire la suite »

#330 En avant pour … l’IAC !

Juillet 2019. Retour de vacances, prise de sang et salle d’attente de Madame-Hope (six mois après notre dernier rendez-vous). Je tire presque la gueule parce que je sais d’avance ce qui m’attend : pour préparer la FIV DO, je vais avoir le droit à une grosse piqûre de DECAPEPTYL et une bonne ménopause artificielle. Après trois semaines au soleil où mon corps s’est littéralement mis à revivre (vive le ZOLOFT), le perspective de me retrouver insomniaque, transpirante, boulimique, frigide et irritable m’angoisse. J’ai déjà vécu le truc deux fois et je sais que ça va me faire vriller.

giphy
Quand je suis sous DECAPEPTYL.

Lire la suite »