#328 Mai & juin 2019

Spoiler alert à toutes celles qui – comme moi – flippent à la vue d’un article de blog PMA précédé d’un petit moment de silence : pas d’annonce de grossesse ici.

giphy


Mai 2019. Devant le retour de flamme de la dépression (et son lot d’angoisses débiles), le psychiatre me met en arrêt maladie. Mes journées se résument à ça : sport (en extérieur si possible), déjeuner, grosse sieste, yoga, lecture, dîner – gentiment détendue aux anxiolytiques, j’ai retrouvé une alimentation normale – et dodo. Je passe mon temps seule. À part Lucien à peine 3 heures dans la soirée, je ne vois personne. Je me rends à quelques cours de yoga et je vais voir mon père à l’hôpital.

Dix jours plus tard je remets les pieds au travail. Cet endroit plutôt tranquille avant est devenu source d’angoisses : entre la vieille folle qui remplace ma boss et mon bureau perso déménagé durant mon absence, ce lundi je ne sais même pas où je dois me rendre pour travailler. Et puis dix jours, c’est trop court pour que le ZOLOFT fasse son job contre « le trouble anxiété sociale » comme c’est écrit sur la notice. J’arrive donc au taff gentiment détendue à l’anxiolytique et … tout se passe bien. Ma voisine de bureau est cool, elle me fait la visite de l’étage, le bureau est tranquille et je suis juste à côté d’une grande fenêtre.

58064884530__23ADCD7D-66AC-4B31-920B-8EF8C6C2878B
« Ma » vue au taff.

À cause du come-back de la dépression, je n’ai pas vu ce mois passer et je n’en ai presque aucun souvenir. Un gros brouillard, comme fin 2017. Je garde surtout en mémoire l’angoisse et les montagnes russes émotionnelles suite au don / à la greffe.


Juin 2019. Trois semaines après la reprise du ZOLOFT, je ne suis toujours pas pleine de joie de vivre ni d’entrain. Je patiente sagement : la dernière fois ça avait fonctionné au bout d’un mois. Le psychiatre m’explique que parfois le corps développe une « résistance ». Je prie pour que ça ne soit pas mon cas.

J’apprends que ma copine C. attend son deuxième bébé. Mes six copines depuis le collège ont donc maintenant toutes deux enfants. Mon coeur se brise une fois de plus et je suis soulagée d’avoir comme « prétexte » la FIV DO en RT qui me permettra d’éviter le mariage de l’une d’entre elles fin 2019. Je m’en culpabilise, mais je ne peux pas, littéralement, c’est au-dessus de mes forces. Le dernier mariage où je me suis rendue avec Lucien avait causé la crise d’angoisse du siècle et j’avais dû quitter la fête tellement je me sentais mal.

De façon générale, je fuis le bonheur des autres. Sans haine – cette haine à peine dissimulée que je ressens par contre pour le corps médical PMesque dans sa globalité – et sans envie. C’est juste que je n’ai pas la force d’y faire face sans que ça ne me blesse. Ma vie sociale se réduit comme peau de chagrin et ça me laisse indifférente. Pire : ça me soulage. Ma relative solitude m’apporte une certaine tranquillité d’esprit. Je suis obligée de le reconnaître : mon parcours en PMA m’a rendu moralement plus fragile. Je n’ouvre plus WordPress de peur de ce que je vais y lire : un taux BHCG positif, une dernière FIV ratée, une fausse-couche tardive, le quotidien d’une jeune mère ou un déferlement de colère envers celles qui sont passées « de l’autre côté ». Les bonnes comme les mauvaises nouvelles me ramènent à mon infertilité que je souhaiterais simplement oublier. L’égoïsme est devenu ma protection. Dans le même genre : après m’être retirée des réseaux sociaux, je fuis l’actualité. À part dans le domaine de la santé – taff oblige – ne me demandez pas ce qu’il se passe dans le monde, je n’en ai aucune idée.

Après deux semaines de boulot tranquille – plus besoin d’anxiolytiques pour m’y rendre – c’est l’heure des congés d’été pour Lucien et moi. Il était prévu que nous partions en vacances pas chères Bretagne. Et puis au vu de la météo, on s’offre à la dernière minute une grosse semaine en Tunisie. C’est Lucien qui s’occupe de tout, moi j’ai juste à dire « Ok ça me plaît » et faire un gros virement pour payer la moitié du voyage. Cet homme est donc fin prêt pour organiser la logistique pour la République Tchèque fin 2019 !

C’est sous le soleil de Djerba que le ZOLOFT commence doucement à faire son effet. Rien de dingue : juste l’envie à nouveau de « faire des trucs » et moins « peur des gens ». Mais c’est toujours mieux qu’avant.

Dix jours plus tard et à peine le temps d’atterrir à Paris que nous voilà repartis sur la côte bretonne. Le ZOLOFT est au taquet … et moi aussi ! Un mois, c’est donc le temps qu’il a fallu pour remettre mon cerveau sur le droit chemin. Ça me fascine toujours autant de constater comment une simple augmentation des taux synaptiques de sérotonine peut agir sur mon humeur.

Sur la route, alors que je kiffe l’idée de nous retrouver alone dans un camping – vive les congés hors vacances scolaires – Lucien me fait remarquer que je fais depuis peu des remarques sur les « avantages » d’une vie sans enfant. N’allez pas croire que je me suis faite à l’idée de ressortir de PMA le ventre vide ! Mais force est de constater que la fin du parcours approche, avec cette FIV DO qui sera la dernière. Tout est encore possible et pourtant absolument rien n’est garanti. Il nous reste encore quelques mois avant LA date (qui n’est d’ailleurs même pas encore officiellement fixée). D’ici là je souhaite juste … ne pas y penser ! Et je m’en sors plutôt bien pour le moment.


Ps (tellement important mais j’ose à peine l’écrire) : ma moelle osseuse a bien remplacé celle de mon père. La bataille n’est pas encore totalement gagnée, mais c’est une belle étape de remportée !

31 réflexions sur “#328 Mai & juin 2019

  1. J espérais que tu parlerai du don de moelle ! C est une victoire 😁👍 , même si en connaissance de cause , tu sais qu il faut être prudent .. C est une bonne nouvelle en tout cas …tu n as pas fait tout ça pr rien et c est un soulagement. Bon retour parmi nous . Après les montagnes russes , j espere qu il te reste un peu de force pr le DO… Plein de courage 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Ravie d’entendre de bonnes nouvelles pour ton père. Pour Lucien, gros changement entre les 2 articles !! Pas simple de tout gérer seule en plus des traitements. J’ai clairement fait comprendre au mien qu’il n’y aurait pas de fiv 3 s’il ne se bougeait pas les fesses, voir plus rien tout court. Je croise les doigts pour cette FIV Do 🍀🍀🍀

    Aimé par 1 personne

  3. Cet article est plutôt porteur de bonnes nouvelles. Même si le chemin vers la FIV DO reste un gros morceau de stress et d’investissement.
    Je suis très heureuse que les nouvelles pour ton père soient bonnes et comme dit L. restons prudent sur la finalité, mais c’est déjà une belle victoire. Plein de courage et de force pour la suite

    Aimé par 1 personne

  4. J’étais inquiète de ne plus te lire…. mais je rassurer de savoir que tu remontes enfin la pente… mais que c’est dur tout ça.
    En revanche quel bonheur de lire que ça a fonctionné! Je croise fort les doigts pour que ça continue ainsi.
    Tes articles ont le mérite de m’avertir contre un arrêt de traitement. On a tellement les idées claires qu’on est tentées de se dire que l’on n’en a plus besoin…
    Je t’embrasse
    (Alors aviva?)

    Aimé par 1 personne

    • La PMA, la dépression, la greffe … C’est dur et c’est long surtout ! Pas le genre de trucs que tu règles en un claquement de doigts.
      Oui l’arrêt du ZOLOFT à l’arrache ça n’a rien d’une bonne idée. Peut-être que ça aurait pu fonctionner si ma vie avait été idyllique, mais là clairement on en était loin !
      Aviva ses postures elles sont pas hyper fun et amusantes ! 😆 Je ne m’y suis pas mise sérieusement, mais le bouquin n’est jamais bien loin et j’y jette un œil régulièrement. 😉

      J'aime

      • J’avais hâte d’avoir ton ressenti, toi qui gère le yoga! Surtout pour les bienfaits physiques que tu pourrais ressentir parce que la magie… on sait très bien que ça n’existe pas.
        Oui c’est long et c’est dur mais tu l’as fait Lucienne et ça, ça mérite une démaille d’or haut la main!
        La vie n’est jamais idyllique. Mais clairement, une fois de l’autre côté, il est clair que l’on a une chance incommensurable.
        Je t’embrasse

        Aimé par 1 personne

  5. Je suis ravie de te lire et pour ton papa c est prometteur. Tu as été très courageuse et la semaine e’ Tunisie au soleil pour aider les effets des médocs c était une très bonne idée 🙂 bon courage pour la suite !!! Et je te comprends pour la vie sociale réduite j ai fait pareil et même si cest pas cool ben on se protège comme on peut ne culpabilises pas !

    Aimé par 1 personne

    • J’essaye de ne pas me culpabiliser, mais c’est un sport national chez moi la culpabilité. 😆 La plupart de mes amis connaissent plus ou moins ma situation PMesque et je pense qu’ils comprennent. Et puis si moi j’arrive à comprendre le repli dont peut avoir besoin une mère de deux enfants en plein divorce, j’imagine en retour qu’on peut comprendre que je n’ai pas forcément envie de communiquer à certains moments.

      J'aime

  6. Je me demandais où tu en étais étant donné ton silence… avec le temps, j’espère que cela va aller de mieux en mieux, très bonne nouvelle pour ton papa.
    Prendre les choses comme elles viennent, avec ou sans enfant, crois moi, cela peut être bien aussi. Bises.

    Aimé par 1 personne

    • Je te crois. 🙂 Je pense sincèrement que l’on peut se créer une jolie vie sans enfant, une fois qu’on a fait le deuil de son idée de « famille idéale ». J’en suis loin bien évidemment, mais j’arrive à profiter de notre statut actuel de « juste un couple » et de toute la liberté qu’il nous laisse. 🙂

      Aimé par 1 personne

  7. Super news pour ton père, j’espère que ça va continuer à bien progresser !
    Dis donc la vue de ton bureau est super jolie ! c’est déjà ça…
    Je suis d’accord : « heureux les ignorants » côté actualités car c’est l’abreuvoir de mauvaises nouvelles sociales, économiques, écologiques, de la cruauté humaine à tous les étages… moi aussi ça m’affecte profondément et je m’en éloigne pour me préserver un peu.
    Bref, Lucien qui se transforme en agence de voyage pour gérer la prochaine étape c’est cool aussi 😉

    Aimé par 1 personne

    • Les patientes de Madame-Hope reconnaîtront peut-être le coin de verdure que je peux admirer depuis mon bureau ! 😉
      Dans les réflexions que j’ai faites récemment à Lucien, il y en avait une concernant l’état du monde que nous laisserons à nos enfants (ou seulement aux enfants des autres) … Ça me déprime aussi, du coup je préfère faire l’autruche.

      J'aime

  8. Contente d’avoir de tes nouvelles Lucienne. Tu es maître de toi même. Ton égoïsme ne l’est pas. C’est ton ressenti actuel. La vie changera en tout cas, ça finit toujours par changer un moment donné. Reste loyal envers toi même. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s