#326 « Ce n’est pas un échec, c’est une expérience. »

Ça c’est ce que dirait mon hypnothérapeute. J’essaye de voir les choses comme elle, mais franchement là j’ai juste envie de me faire toute petite. Le « sevrage par le mépris » a tenu un mois. Puis j’ai cru que le plus dur était derrière moi, j’ai relâché mon attention. Et bam : retour de flamme de la dépression. Il faut dire qu’avec le don de moelle osseuse  pour mon père, je n’étais pas dans les meilleurs conditions. Comme me l’a dit ma soeur : « T’aurais pu attendre une période plus calme de notre vie ». Je pensais pouvoir tout gérer et j’ai échoué. J’entends déjà les « je l’avais bien dit » silencieux … Mais on respire un grand coup et on passe au-dessus.

giphy-2

Cinq jours après mon coup de téléphone désespéré au psychiatre, me voilà dans sa salle d’attente. Pour ne rien oublier, je fais mentalement la liste des choses qui débloquent : une semaine que je n’ai pas réussi à mettre les pieds au travail, impossible de prendre les transports en commun (même la voiture c’est limite dans les bouchons) (je ne suis allée voir mon père à l’hôpital qu’une fois depuis le don et je culpabilise à mort), insomnies, angoisses diverses (avec ce magique et ridicule « j’ai peur des gens »), prise de poids exponentielle et alimentation compulsive, vie sociale au niveau zéro (je ne parle qu’à ma famille et deux amis qui ne lâchent pas l’affaire), le bonheur des autres m’est insupportable, le sport ne m’apporte aucun bien-être même quand je me force, le retour des syncopes lors des prises de sang, etc.

Pour résumer : une fois que je me suis forcée à sortir dehors ou à faire 20 minutes de yoga, je passe mes journées dans le lit ou le canapé, à dormir, lire, regarder un écran (allumé) (quand même) et / ou à manger. Rien d’autre ne me fait envie et tout m’effraye. Welcome to my life !

giphy
Moi quand j’essaye de me forcer à faire des trucs pour aller mieux.

Point positif : ma thyroïde gère bien l’arrêt de la lévothyroxine (j’ai eu l’occasion de la faire tester un paquet de fois dans les prises de sang liée au don de moelle osseuse). Je prends du Nutergia Oligomax iode. Je ne sais pas si ça fait réellement de l’effet, mais tout à l’air dans les clous.

capture-de28099c3a9cran-2019-05-13-c3a0-09.24.45-e1557990434918.png
Résultats du 10 mai. Soit deux mois après l’arrêt du traitement.

C’est donc tout ça que je raconte en vrac au psychiatre, à grand renfort de larmes incontrôlables. Il me dit : « Il faut agir ». Et me fait comprendre que ce n’est pas le moment de craquer. Parce que mon père a besoin de moi, de nous. Et définitivement : je préfère être « droguée » et heureuse / vivante / apte à vivre en société que « saine » et déprimée / angoissée.

Comme on ne change pas une équipe qui a déjà fait ses preuves, je repars avec une ordonnance de ZOLOFT et de LYSANXIA. On se retape tranquillement pendant dix jours avant de retourner au travail. Et on fait le point dans trois semaines.

Viendra ensuite le temps des prochaines échéances PMesques : Madame-Hope début juillet et sans doute une grosse ménopause artificielle estivale avant le grand saut en République Tchèque fin 2019. Avec Lucien nous avons naturellement (et à mon grand soulagement) trouvé notre façon de gérer : pour moi le côté le médical et pour lui l’organisation transport et hébergement.
giphy-3Allez on respire un grand coup. Ça va aller. Tout va bien se passer.

21 réflexions sur “#326 « Ce n’est pas un échec, c’est une expérience. »

  1. Un bon début pour sortir de ce tunnel 😊 Et un lucien qui prend en charge une partie, je ne sais pas si c’est pareil pour toi, mais chez moi, ça laisse un peu de place pour autre chose dans ma tête. Prend le bien temps de te reposer 😘

    Aimé par 1 personne

  2. Alors non ça n’est pas un échec c’est un énorme pas en avant. Qui a dit que tu devais réussir du premier coup? Tu as eu envie d’essayer et c’est énorme. Certes pour les AD au final c’était trop tôt mais pour la thyroïde tu avais raison, et ça c’est génial!
    Pour ton papa ne culpabilise pas. Tu as été le voir une fois d’accord mais tu as fait bien bien plus que ça, ne l’oublie pas. Lui le sait…
    Pour conclure Romain Gary a tout compris, en disant que les réussites sont juste des échecs qui ont raté 😉
    Je t’embrasse bien fort

    Aimé par 2 personnes

      • J’avais au départ tenté des vidéos Youtube mais je n’arrivais pas à suivre parce qu’il n’y a quasiment pas de vidéos destinées aux vrais grands débutants. Donc finalement j’ai poussé la porte d’un studio de yoga près de chez moi, en expliquant que je n’en avais jamais fait (et que j’avais la souplesse d’un balai ah ah). Suis tombée sur une prof super et j’ai adoré ce premier cours. Ensuite avec un peu de pratique tu chopes vite les bases et tu peux continuer tranquilou chez toi. Je ne peux que te conseiller d’essayer ! Ça fait du bien au corps et à la tête. J’avais plein de préjugés négatifs moi à la base (genre ça va être trop mou, je vais m’emmerder, etc etc) et au final j’adore ! 🙂

        J'aime

  3. Il faut parfois tomber bien bas pour mettre tout à plat et rebondir.
    Je suis moi aussi tombée très bas lors de ma phase d’acceptation d’avoir recours au DO. Ce n’est vraiment pas une décision facile à prendre même si ça nous paraît aujourd’hui une évidence puisque c’est a priori la seule solution pour nous.
    Votre organisation pour la RT est bien trouvée et ça enlève de la charge mentale.
    C’était très bien d’aller voir un autre gyneco pour se rassurer quant à la décision que vous avez prise pour fin 2019.
    Courage ! Vous allez y arriver avec cette nouvelle option même si cela doit encore prendre du temps !
    🤞🏼🤞🏼🤞🏼

    J'aime

  4. aïe aïe aïe… Bon si tu as touché le fond, tu ne peux que remonter maintenant ! Ne vas pas dans les abysses et si t’as vraiment pas le moral, fais un tour sur la page Doctolib de Rénato :p
    Courage Lucienne, j’espère que maintenant que tu as réussi à retourner voir ton psy (ce qui n’est pas forcément très facile), les choses iront mieux et tu pourras affronter à nouveaux toutes tes misères (qui sont bien réelles) avec plus d’aplomb. Je t’embrasse ❤ courage

    J'aime

  5. Coucou je te lis souvent et même si la PMA m’a donné le plus beau des cadeaux je stress avec toi suis triste avec toi et j’espere De tout coeur que tu réussira à fonder ta famille ! J’ai entendu parlé ce jour de naprotechnologie pour éviter les parcours PMA lourds sur des patientes qui pourraient s’en passer. Ça vaut peut être le coup d’essayer ? Bisette les filles j’espere Vraiment que vous trouverez toutes le bonheur !

    Aimé par 1 personne

      • On en apprends tous les jours à ce qu’on dit 😉 je l’ai appris aujourd’hui malgré 5ans de parcours !

        Ils partent du principe que trop de couples vont en PMA dans tout essayer avant sans aider vraiment les couples et surtout les femmes a aller mieux à retrouver un vrai cycle une vraie glaire etc je trouve ça bien !

        J'aime

  6. Et il a raison ton thérapeute. C’est une première tentative de sevrage, qui au final te semblera une étape. Tu as bien fait de réagir et de retourner le voir, je te trouve très lucide. Bon courage et bonne « retape », je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  7. Pour faire suite à ton précédent post où tu parlais de ton RDV chez ton spécialiste, je suis contente de voir que parfois se responsabiliser dans un suivi médical n a pas forcément que du bon. Surtout que tu prenais les médicaments depuis un certain temps d’après ce qu’on peut comprendre.
    Et comme quoi, tes amies te connaissent mieux que tu te connais toi même ( les écouter ça a du bon aussi faut croire.🙂).
    Je croise bien fort pour une issue positive en don. J espère que cette fois votre décision est également réfléchie pour de bon ( il y a quand même pas mal de contradiction dans tes diffèrents postes ).
    Beaucoup de courage !

    Aimé par 1 personne

    • Ah ah, je te confirme pour les contradictions ! ^^ Mais c’est ici que je déverse vraiment toutes mes pensées, donc c’est un peu logique que ça y soit souvent le bordel, ça travaille (trop) là-dedans. 🙂 A contrario pour Lucien il n’y a jamais eu le moindre doute depuis six mois, puisque tous mes questionnements sont restés dans ma tête (et sur ce blog).
      Pour les amis, je reste un peu mitigée quand même avec le recul. Peut-être que l’arrêt à l’arrache du ZOLOFT m’a rendu très sensible / fragile / susceptible, ou peut-être que j’ai juste ouvert les yeux sur certaines personnalités. Je ne sais pas, sincèrement.

      J'aime

Répondre à Elsa Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s