#309 2019 sera-t-elle (encore) une année PMA ?

Après l’échec de la quatrième FIV mi-décembre 2018, voici enfin le débriefing avec Madame-Hope.

J’y vais avec la boule au ventre. Pas forcément pour le rendez-vous en lui-même, mais surtout pour le temps à patienter en salle d’attente. Ça fait parti des trucs que je ne supporte plus du tout depuis « la fin de la PMA » (comprendre : depuis que j’ai décidé que mon corps ne serait plus torturé trituré tous les quatre matins) : perdre mon temps en salle d’attente. Les examens divers et variés, pas de souci ça passe encore. Mais ATTENDRE UN MÉDECIN me fait littéralement péter un câble. J’ai déjà perdu beaucoup trop de précieuses heures de vie comme ça. Alors en tant que vieille roublarde de la PMA, je ne me gêne pas : « Bonjour Madame la secrétaire, je travaille à 5 minutes du cabinet. Vous serait-il possible de me téléphoner quand Madame-Hope sera en rendez-vous avec la patiente avant moi ? Merci, c’est très gentil. À tout à l’heure. » La secrétaire fait son job mais je poireaute tout de même près d’une heure en salle d’attente. Je frôle la crise d’angoisse.

Que dire ? Je sors tout juste du rendez-vous et je suis blasée. Un mélange de ras-le-bol, de sidération et d’immense tristesse. Pourtant tout s’est plus ou moins déroulé comme je l’imaginais. Mais la gynéco a vu clair au bout de 30 minutes de discussion : je n’en peux plus de tout ça, moi je veux juste un bébé. Peu importe la façon, les gènes, le pays. Limite si je suis prête à me prostituer (c’est une image hein) pour récupérer l’argent indispensable. Je veux juste qu’on en finisse, et en mode happy end si possible.

Ce sera donc une FIV avec don d’ovocytes (FIV DO). En République Tchèque (RT), bien que notre cas plutôt « complexe » mériterait d’aller lâcher un rein en Espagne pour avoir un maximum d’informations. En gros : si les spermatozoïdes de Lucien tiennent la route, le don – avec une donneuse tchèque « fiable », c’est à dire qui a déjà « créé » des bébés par FIV – devrait fonctionner. Si les spermatozoïdes sont complètement HS – sachant qu’ils jouent leur rôle dans le développement de l’embryon à partir de J5, d’où le fait qu’on en sache peu sur eux malgré les spermogrammes – les transferts foireront et on n’aura pas plus d’informations sur le pourquoi. Notre dernière chance serait alors l’Espagne, si l’on obtient une dérogation pour le remboursement par la Sécurité sociale d’une FIV supplémentaire (ce qui ne posera pas de souci d’après Madame-Hope).

Il faut donc encore que l’on en discute avec Lucien. Est-ce que ça vaut le coup de mettre le double d’argent de côté (et donc de décaler la FIV d’au moins six mois supplémentaires) pour aller en Espagne et avoir plus de détails sur nos gamètes et nos embryons (via un DPI ou quelque chose de ce style) ? On sait déjà que mes ovocytes sont pourris. Si l’on découvre que les spermato sont totalement nuls, alors on sera bons pour un double don. Et le sperme d’un autre c’est no way pour Lucien. Moi je n’ai pas d’avis sur la question, parce que je n’ai jamais pensé qu’on en arriverait là … En résumé : la RT (5000€) serait un coup de poker et l’Espagne (9000€) nous permettrait de comprendre ce qui cloche.

En attendant Madame-Hope m’a prescrit du LUTERAN à prendre en continu. C’est une pilule contraceptive … ah bah non en fait ! Je viens de regarder la notice et ce n’est même pas le rôle premier du truc. Enfin a priori ça a un rôle contraceptif et surtout ça devrait m’aider à stopper mes spottings dûs à l’adénomyose. Vous comprendrez donc que le « bébé couette » n’a vraiment aucune chance chez nous.

Madame-Hope m’a demandé qui était la gynécologue qui me suivait. Bah … personne. Mais parce que je suis une bonne élève, j’ai tout de suite pris le premier qui tombait sur Doctolib. J’ai donc bientôt rendez-vous avec Jean-Alain (c’est son vrai prénom) (et la première fois de ma vie que je verrai un gynéco homme) pour qu’il me fasse ce foutu frottis dont on me rabâche les oreilles à chaque fois.

Quoiqu’il en soit, pour le moment (oui parce qu’il y a aussi le facteur « don de moelle osseuse » à prendre en compte, sinon ce sera trop simple) le planning est le suivant : FIV DO en RT (ça fait très langage codé tout ça) pour fin septembre 2019. Avant cela : prochain rendez-vous avec Madame-Hope mi-mai. Spermogramme pour Lucien et bilan thyroïdien + échographie de l’utérus pour moi. Pas trop de suspense : j’aurai sans doute le droit à une belle ménopause artificielle estivale (et Lucien des tonnes de vitamines). Mon corps n’a pas fini d’être maltraité malgré l’absence de stimulation et ponction …

Je suis preneuse de tous vos avis, éclairés ou non, à propos de notre dilemme RT ou Espagne. Et de mon côté je vais essayer de retrouver la légèreté dont je profitais depuis deux mois …

50 réflexions sur “#309 2019 sera-t-elle (encore) une année PMA ?

  1. L’Espagne, c’est l’eldorado que me vantait ma gynéco, surtout pour la qualité de leurs examens. Je vois que ton médecin ne dit pas autre chose. Je comprends l’enjeu financier, énorme…
    Tu avais retrouvé un peu de légèreté, il doit bien en rester un soupçon au fond de toi…c’est une décision courageuse à prendre, je comprends ton angoisse. Moi j’avais d’emblée fermé la porte. Pas de don. Pas d’adoption. Pas de dilemme. Mais je suis plus vieille aussi.
    Je continue de te suivre.

    Aimé par 1 personne

  2. Beaucoup de courage Lucienne, ton article me touche beaucoup. Pour le choix RT ou Espagne je suis sûr que tu auras des retours réels par des couples qui ont choisis l’un ou l’autre pays. Mon apport est donc uniquement théorique.Au printemps dernier avant d’entamer ma 4eme fiv j’avais commencé à me renseigner sur les différentes options pour effectuer une fiv do a l’étranger. Étant à moitié espagnol, habitant le quart sud-est et ma gynécologue étant pro IVI (a priori une des meilleurs cliniques en Espagne) j’aurais dû me tourner vers l’Espagne. Mais vu les coûts associés aux statistiques de réussite par cycle, et les devis obtenus je serais partis en RT car avec le même budget qu’en Espagne cela m’aurait financé deux cycles complets. Et sur le choix des cliniques en rt j’hésitais entre reprofit et sanus où zlin. Psychota ( blog psychota en pma) m’avait également transmis par mail pas mal de conseils.

    Aimé par 1 personne

  3. C est malheureusement, comme je te l ai dis hier un choix qui vous appartient
    Déjà parce qu il y a l’aspect financier. Êtes- vous prêts à envisager une FIV avec DO en RT à 5000€ (prix de départ sans le côté logistique) et si echec,ajouter une somme beaucoup plus énorme dans un autre pays ?
    Lucien est également fermé au don de sperme, donc c’est vrai que c est également compliqué d envisager directement l’Espagne et passer par la case double don directement pour éviter les potentiels échecs du sperme sur les ovocytes d une donneuse en RT et voir directement ce qui cloche. Et malheureusement ce bébé, vous le faites à 2, alors va falloir qu il fasse son petit bout de chemin de ce côté là.

    La RT est tout aussi compétente que l’Espagne. Pourquoi le double don se ferait ailleurs ? Est ce que Hope t as donné des infos ?

    Je t embrasse fort ma Lulu ❤

    Aimé par 1 personne

    • Pour l’instant il n’est pas question de double don. L’Espagne permettrait « seulement » de voir et diagnostiquer s’il y a aussi un problème insoluble au niveau des spermato. Ce que la RT ne propose pas d’après Madame-Hope.

      J'aime

      • Tu veux dire que l’Espagne fera un DPI sur les embryons obtenus par FIV DO ?
        La véritable question à mon sens serait de savoir si l’Espagne sera en mesure de proposer une solution pour les spermatozoides (si jamais elle diagnostique quelque chose). Car si elle pose un diagnostique juste pour poser un diagnostique, sans solution autre que le don de sperme… Payer double aura le mérite de vous sortir un peu du flou, mais rien de plus (avec toujours un doute qui persiste, car on le sait bien, d’un spermo à l’autre les choses peuvent bien fluctuer…).
        Bon courage à tous les 2 pour tout ca. A nos stades, la Pma reste quand même un fucking coup de poker, et chaque décision devient un casse-tête 😥

        Aimé par 1 personne

  4. Salut Lucienne ! Je n’arrive pas trop à comprendre quels examens pourraient être effectués en Espagne. C’est sur le développement d’embryons entre J5 et J6 ? Ou un prélèvement type PGS/DPI et all freeze en attendant les résultats ? (j’imagine que ce n’est pas une fiv purement diagnostique et qu’il y a possibilité de transfert à un moment).

    Je comprends bien tes dilemmes pour les avoir effleurés pendant quelques mois, et je me sentais assez paumée face à toutes ces options… surtout qu’en réalité il n’y a pas de solution totalement claire ni de science exacte sur certains points : un spermo pas terrible pourrait aussi fonctionner avec des ovocytes plus « performants », si de toute façon vous partez sur un DO. Peut-être faut-il vous donner cette chance d’essayer un DO, et de ne pas vous projeter sur l’idée d’un potentiel autre pbm de spermato qui n’est absolument pas avéré à ce stade… parce qu’à un moment on en vient à anticiper toutes les options envisageables qui expliqueraient que cela ne fonctionne pas, et à vouloir les circonscrire, parce qu’on sature d’informations et qu’on en a ras le bol de vivre des échecs. Mais cela ne signifie pas que ces potentialités se cumulent toutes dans la réalité.

    Quoi qu’il en soit, je retiens que ce n’est pas dans les semaines à venir que vous allez vous lancer dans cette nouvelle étape, alors prenez le temps, de sentir les contacts avec les cliniques, et de leur poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit. Pourquoi pas des entretiens skype avec les médecins sur place ou programmet des WE en amoureux à Barcelone ou à Prague où caser une prise de contact ?

    Bon courage pour tout cela, je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

    • A priori quelque chose du même style que le DPI est inclus dans la formule FIV DO en Espagne. En tout cas c’est ce que j’ai compris et aussi ce qui explique la différence de prix entre les deux pays.
      Le problème des week-ends en amoureux c’est que c’est peu compatible avec le fait de faire des économies pour le don. :/

      Aimé par 1 personne

  5. Cc Lucienne je comprends le ressenti en sortant de chez hope la tête pleine de nvelles questions et un sentiment de lassitude dvt tant de nvx défis !!! Mais les fondations de tous les choix sont la, pour l espagne j ai fait un rdv Skype pour me faire une idée du plus d une fiv dpi, au final on a fait le choix de tenter hope et une fiv en France avant ce qui pour nous est déjà très cher et partir à l Étranger. L espagne m avait fait très bonne impression mais de côté j avais peur de passer a côté de qqchose sur la nidation avant de parler des embryons et hope était d accord. Mais si cette fiv3 marche pas retour à la case départ. Aucun choix n est l idéal on essaye juste de jongler au mieux, plein de courage !!!!!!!!!!

    Aimé par 1 personne

  6. * Attention, avis non éclairé *
    Alors pour commencer, je vous présente mes excuses si je tombe à côté de la plaque : je n’ai jamais eu à me confronter à ces choix.

    Je note des éléments qui me paraissent importants, tels que je les ai compris :

    1- Les chances de réussites, à « informations égales », paraissent équivalentes en RT et en Espagne. Donc le choix RT/Espagne n’est déterminant qu’en cas d’échec, pour avoir de meilleures conditions pour la tentative suivante, ce qui (et c’est sans doute maladroit de ma part) amène déjà la question de la tentative suivante et ses coûts associés.

    2- En Espagne en cas d’échec, on n’est pas sûr non plus d’identifier la cause. D’autant qu’à vous lire, si on trouve une cause, ce sera probablement du côté de la qualité spermatique de Lucien, puisque c’est « le seul élément qui n’a pas changé ». J’ai l’impression que très vite, en cas d’échec, se posera la question du double don, étant donné votre parcours déjà bien investigué.

    En résumé, je ne crois pas que l’Espagne apporte une vraie valeur ajoutée car :
    – elle n’est utile qu’en cas d’échec, et donc dans ce cursus il faudrait déjà envisager la question de la suivante (coût, volonté de continuer…)
    – il est peu probable que le diagnostic vous oriente vers une solution « simple » que vous n’auriez pas déjà tenté avec tous vos essais et les recherches médicales déjà menées en France. Vous serez alors face aux mêmes dilemmes : double don ? Où ?

    Pour l’objectif numéro 1 (un bébé), l’Espagne ne me paraît pas offrir d’avantage significatif, je penche donc pour la RT. Mais il reste des paramètres pratiques et personnels : le coût bien sûr, mais aussi la confiance que vous avez dans la clinique, le goût pour le pays, et plein d’autres choses qui auraient de la valeur pour vous.

    Pour finir, en cas de succès, le chemin emprunté n’aura plus d’importance. Alors autant le rendre le plus doux et agréable possible pour vous, car il vous restera toujours ça.

    Je vous souhaite bien sûr de réussir, et vous présente mes excuses pour une analyse peut-être un peu froide et certainement mal documentée. Bon courage, bonne chance et bon voyage (peut-être que ça pourrait être agréable ?)

    Aimé par 1 personne

    • Une analyse « un peu froide », c’est exactement ce dont j’ai besoin. Parce que je suis tellement sidérée et pleines d’émotions et de pensées depuis hier que je suis incapable de poser les choses comme tu viens de le faire. C’est d’ailleurs pour ça qu’on se laisse du temps avant de faire un choix.
      Mille mercis pour ton commentaire. ❤

      J'aime

  7. Nous c’était don d’embryon en RT, il nous a fallu 2 tentatives pour avoir finalement les jujus donc 1700×2=3400euro La secu a remboursé env 500 euro par tentative+ ticket d’avion. C’est low cost par rapport au double don avec embryons frais mais ça marche aussi et les bébés sont aussi beau 🙂

    J'aime

  8. Je crois qu’au fond de toi tu sais déjà ce que vous souhaitez faire. Et tu viens chercher ici des cales pour t’aider à soutenir votre décision.
    Nous avons été au même carrefour que vous. Nous avons rejeté l’Espagne car plus chère, moins accessible logistiquement parlant (d’autant qu’il fallait y aller plusieurs fois avant la fiv donc ça chiffrait pas mal).
    Le DO en RT était un coup de poker, Hope voulait voir les j2 qu’il nous restait au frais et qu’on envisage le dpi en Espagne. Moi comme toi j’en avais juste marre. Je voulais un enfant point barre.
    Écoute ton cœur ma belle. Fais confiance à ton instinct. Je ne dis pas que ça sera la bonne décision
    Mais ça sera la meilleure, car ça sera la vôtre.
    Je suis là en off pour en parler…
    Et sur 4200€ de fiv picsi à reprofit j’ai eu 3800€ de remboursés. La prolongation de la vitrification de notre embryon (quasi 200€) a été intégralement prise en charge.
    N’hésite pas à adhérer à Maia et aller jeter un coup d’œil sur les forum.
    Gros bisous

    Aimé par 2 personnes

  9. Hello, pour vous aider à prendre une décision, n hésite pas à poser tes questions sur le forum Maïa. D après les posts que je vois, en Espagne, surtout chez Ivi ou Procreatec, après plusieurs echecs (avec ses propres gamètes ou pas) ils testent aussi la compatibilité entre la donneuse d ovocytes et l homme du couple receveur, et aussi la femme receveuse du don. (Des couples préfèrent faire un AR pour faire le prélèvement de sang sur place, car certains examens ne sont pas effectués en France). Des prises de sang au noms chelous (le Kir, Hla je ne sais plus) il y a aussi le Fish test (spermogramme). Le test era pour la réceptivité endometriale si je ne ditboas de bêtise.
    Pour revenir à la question du don d embryon, je me permets de répondre que le don d embryon (surnumeraire dont un couple a fait don) coûte moins cher que le double don. Que le double don, n étant pas autorisé en France, il ne te sera pas remboursé malheureusement (pourquoi ?? On se demande bien qu’elle raison de bioéthique ils ont pu avancer)
    Je suis moi même passée par l Espagne, le deuxième Tec fut le bon mais j ai fait une forme de Geu très rare (cornuale). On va retenter en RT car même si on est remboursés par la secu et mutuelle, faut les avancer les 8000e.
    N hésite pas à envoyer des e-mails aux cliniques, entretien skype et le fameux tableau excel qui peut servir.

    Bon courage et essaye de profiter des jours hormones free (a part le déca bien sur…moi aussi je vais y repasser bientôt )

    Aimé par 1 personne

  10. J’ai une amie de galère (une voisine de salle de pause de transfert) qui est passée par l’Espagne. J’aimerai bientôt raconter son histoire sur mon blog car elle a une histoire folle ! Après pas loin de 15 transferts en France, un DPI et une FIV faite en Espagne, elle est aujourd’hui enceinte pour la première fois de 3 mois (elle a fait moult fausses couches précoces) et ce dès le premier transfert de ses propres gamètes (d’elle et de son homme). Comme le dit si bien Choco not, il est important pour toi d’aller sans doute vers ce qui est le moins douloureux. Perso, comprendre les choses ça aide à avancer. Mais ton cas est je pense bien différent de celui de mon amie. Quoiqu’il en soit, j’espère que tu réussiras à faire le meilleur choix pour vous. Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  11. Pour le coup j’ai pas de conseils à te donner Lucienne mais j’espère que vous arriverez avec Lucien à savoir vers quoi vous tourner.
    Écoutez vous, suivez votre instinct, je suis sûre que vous avez déjà une petite idée de vers quoi faire … Dans tous les cas ça sera votre choix et de ce fait le meilleur pour vous, j’en suis certaine…💛

    Aimé par 1 personne

    • Effectivement, on va rester sur notre idée première. 😉 L’Espagne (et ses « contraintes » diverses) me décourage d’avance, alors que je suis prête pour la RT. Va comprendre ! Parfois il y a des trucs qui ne s’expliquent pas.

      J'aime

  12. Bonjour Lucienne, je me permets de te faire par de mon expérience en RT à SANUS; J’étais en insuffisance ovarienne due à mon age 41 ans lors de la FIV DO et mon mari OATS méga sévère; Nous avons atterri (grâce aux blogs car en France on nous orientait sur l’accueil d’embryon ou l’adoption complétement hypothétiques pour nous puisque nous avions 40 ans et plus la force d’attendre les 5 ans minimum que l’on nous annonçait) en RT après 5 ans de PMA et 5 FIV en France et nous étions usés physiquement et moralement.
    Comme je ne voulais pas prendre le risque de foirer cette tentative si les spermatozoïdes de mon mari n’étaient pas au top et parce que notre donneuse nous a donné 18 ovocytes (OMG !!) nous avons pris la décision avec le staff sur place de faire moitié des ovocytes avec les spermatozoïdes de mon mari et moitié avec les spermatozoïdes d’un donneur; Nous avons eu 6 blasto top et on m’a transféré un blasto de mon mari et un blasto donneur; L’un de ces embryons a donné un petit gars qui a maintenant 4 ans; Nous allons faire un test de paternité pour pouvoir expliquer à notre fils sa naissance et notre long combat pour l’avoir; Je ne te cache pas que c’est beaucoup plus simple pour moi car je sais que ce ne sont pas mes ovocytes mais j’ai porté mon fils 9 mois et les échanges in utéro sont vraiment importants et dingues en terme d’expérience puisque j’ai eu la chance de vivre une grossesse. Pour mon mari c’est plus compliqué car une part de lui souhaite tellement que le blasto soit le sien qu’il a peur du résultat même si cela ne change en rien l’amour qu’il porte à son fils;
    Avec le temps on oublie presque complétement qu’on a eu recours au don tellement la filiation est évidente mais c’est quand même quelque chose à laquelle nous devrons nous confronter; Quoiqu’il arrive je reste persuadée que c’est notre amour et notre envie de fonder une famille qui a permis à ces cellules de se croiser et de grandir en moi et je trouve que cela rend plus facile les explications que nous devrons donner à notre fils; Je te souhaite le meilleur pour ton parcours et si tu as besoin de précisions complémentaires n’hésites pas;
    Claire

    Aimé par 2 personnes

  13. Bonjour Lucienne!

    Je n’ai pas pris le temps de lire tous les commentaires au dessus, donc je ne sais pas si je vais faire une redite.
    Pour ma part comme je te l’avais dit par mail, je suis suivie en Belgique car en couple avec une femme, et dans mon entourage je connais beaucoup de personnes qui sont allées aussi à l’étranger. Et dans ces personnes, je connais au moins trois couples (de femmes) qui ont dépassé les 20 000€ de frais pour réaliser leur rêve.
    Pour te donner une idée, un cycle en IAD nous coûte, à ma femme et moi, environ 1200€. (D’ailleurs petit apparté, ça me fait sourire quand je lis sur un blog que c’est lourd financièrement de passer un examen non remboursé. Nous c’est tout le temps comme ça.)

    Bref je te dis tout ça pour te dire que vu les garanties plus élevées qu’apporte l’Espagne, je ferais ce choix, quitte à demander de l’aide à la famille, quitte à faire un crédit, quitte à lancer une cagnotte en ligne.

    Bise

    Aimé par 1 personne

  14. Mais en fait on a du se croiser !! J’y étais mardi dernier (après 45 minutes d’attente elle s’est barrée à la clinique pour une opération en urgence…autant te dire que j’ai eu le temps de faire du sitting et je te comprends tellement le petage de plombs à perdre son temps constamment à attendre les docs !

    Aimé par 1 personne

  15. Je sais pas bien quels conseils te donner quant à vos 2 possibilités.
    C’est pas évident…. est ce que Hope conseille une clinique en particulier en espagne qu’elle connait?
    Comme l’ont dit les filles, il faut faire des choix parfois difficiles alors autant écouter votre cœur et votre feeling.
    Le choix de la RT a été une évidence pour nous face au même dilemne (espagne ou pas espagne)…
    Vous avez encore le temps de peser le pour et le contre. Maia organise régulièrement des rencontres en France avec des cliniques partenaires, peut être l’occasion de confirmer votre choix ?
    Bon courage et n’hesites pas si tu as des questions sur la RT 😉

    Aimé par 1 personne

  16. Bonjour Lucienne

    Je suis nouvelle sur la blogosphère pma. je viens de découvrir ton blog et je me demande si on ne s’est pas croisées chez Davy car on y était le même jour 🙂
    J.y étais vers 16h et elle avait plus d’une heure de retard…
    En tout cas contente de découvrir ton blog qui est une mine d’informations et te souhaite bcp de courage pour la suite.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s