#247 J’ai regardé « Journal d’une FIV » … et j’ai pas trop kiffé !

Hier soir j’ai regardé « Journal d’une FIV » dans l’émission « Les dossiers de Téva ». Je ne comptais pas en dire un mot sur le blog, mais l’insomnie me tombe dessus alors j’en profite. [Pardonnez le style : j’écris à l’arrache et en speed parce que je dois ensuite filer courir avec ma sœur ; le semi-marathon de Paris nous attend la semaine prochaine et je ne suis pas DU TOUT prête.]

Raphaëlle et Rodolphe rêvaient d’avoir un bébé. Mais pour y arriver, comme des dizaines de milliers de couples en France, ils ont dû recourir à la fécondation in vitro.

Alors, jour après jour, avec leur téléphone portable, ils ont filmé toutes les étapes de leur parcours, dès le début du protocole de stimulation hormonale jusqu’au moment magique de la naissance.

Fous rires, pression, coups de blues, ils nous font partager les hauts et les bas de leur quotidien. Avec eux et leurs proches, pendant des semaines, on apprend, on s’interroge, on découvre de l’intérieur le formidable travail des équipes du Professeur René Frydman, à l’Hôpital Foch de Suresnes.

Présenté comme ça, ça partait plutôt bien. L’idée de se filmer tout le temps est peut-être un peu chelou mais ils bossent tous les deux dans l’audiovisuel (monsieur est monteur, madame productrice) (pour réaliser un docu, ça aide) alors on se dit que c’est leur truc. Why not.

Premier hic : Madame fait des pieds et des mains pour rencontrer le grand ponte Frydman, qui finit par accepter. Première consultation et on leur prescrit directement une FIV. On ne sait pas pourquoi ils sont en PMA, on ne sait pas quel est le souci, on ne sait pas s’ils ont fait 1000 examens avant comme toute PMette qui se respecte. Moi je m’y connais un peu en PMA, alors j’imagine tout ça. Mais je ne peux m’empêcher de penser que le type lambda qui ne connait rien au sujet va croire qu’il suffit de demander une FIV à son médecin quand on arrive pas à faire un bébé.

Donc ils tentent une FIV, la stimulation se passe bof bof (l’infirmière se foire dans les dosages) et ça finit en IAC. La meuf fait tout le temps la gueule et à l’air au bout de sa vie quand il s’agit de réaliser une piqure sous-cutanée de DECAPEPTYL, ne juge pas Lucienne, ne t’énerve pas mais chacun sa façon de vivre les choses. Quinze jours plus tard, prise de sang négative. C’est triste, mais au moins on est dans la réalité, dans la « normalité » de la PMA.

C’est ensuite que ça a vraiment commencé à me gonfler. Je vous la fais courte : une seule FIV, 4 embryons (et cette phrase géniale : « La dame m’a dit qu’il y avait eu 4 fécondations aujourd’hui donc demain on aura au moins 4 embryons. » WTF), un double transfert et évidemment … des jumeaux qui naissent à terme et en bonne santé (avec en prime Frydman qui assiste à l’accouchement).

bitch wath

Je résume : la FIV ça marche à tous les coups et en plus on a des jumeaux ! Welcome to la fête du cliché ! C’est dommage, parce que ça partait vraiment d’une bonne intention cette idée de documentaire. On y voit la galère au quotidien mais je trouve que tout est très vite balayé par le happy end de folie. Alors oui, parfois la PMA c’est parfois aussi « rapide » (la nana rencontre Frydman en avril et est enceinte en novembre) et « efficace » que ça. Mais bordel, c’est quand même loin d’être la majorité des cas non ?!

Suis vraiment pas une meuf aigrie en général (surtout depuis que je carbure au ZOLOFT), mais là franchement ça m’a soulé. Bien sûr je suis très heureuse pour ce couple, seulement je regrette le coté un peu trop « Bisounours » de ce documentaire qui, selon moi, ne reflète pas vraiment la réalité et la dureté que peut être un parcours en PMA. Et à aucun moment on évoque les couples qui ressortent de là sans bébé dans les bras …

Vous avez vu « Journal d’une FIV » ? (si je trouve le replay à l’occaz, je l’ajoute ; sinon il y a une rediffusion le 3 et le 10 mars à 22 heures) Vous en avez pensé quoi ?

Publicités

32 réflexions sur “#247 J’ai regardé « Journal d’une FIV » … et j’ai pas trop kiffé !

  1. Pas aimé non plus. L idée semblait bien. Malheureusement, ça se passe pas toujours comme ça. Sauf erreur de ma part, ils auraient du/pu le préciser dans ce documentaire. Que parfois, il fait des années et pas « quelques mois ». Et que mème parfois, on sort du parcours sans enfant.
    Elle avait 40 ans, sûrement pour ça directement la FIV. Mais effectivement, Monsieur et/où Mme lambda peut croire qu il suffit d’aller voir sa/son gynéco pour commencer une fiv comme si t’allais à la pharmacie pour du doli…

    René frydman c’est compliqué pour l approcher celui là. Faut être en échec depuis tres longtemps ou avoir un bon gros dossier bien foireux.
    Mais ça aurait effectivement bien de savoir leur parcours.

    Aimé par 2 personnes

  2. Hello Lucienne
    Je te suis en sous marin.
    Comme toi, je n’ai pas apprécié ce documentaire. Trop bâclé à mon goût (en 1h30 c’est compliqué de faire mieux) et surtout la conclusion qui m’a horripilée quand la nana dit : « il faut y croire »… Tant mieux si cela a fonctionné pour elle du premier coup pour des jumeaux en plus jusqu’à terme et en bonne santé mais ce n’est malheureusement pas comme ça pour tout le monde (je parle en tant que dinosaure de la PMA…). C’est un témoignage surtout pour leurs enfants pas pour le public.
    Bon dimanche.

    Aimé par 2 personnes

  3. Moi vous savez j’ai pas regardé mais je suis en pma depuis 2013, en 2014 à ma première fiv j’ai eu mon petit Ru on m’a mise en fiv après quelques examens oui mais sans me dire pk… Après donc en tentant à nouveau après la fausse couche j’ai demandé à rencontré la chef de biologie quand elle a lu le dossier ouais Bein de toute façon c’est fiv icsi je pense qu’on a pas voulu savoir avec mon mari on sait juste aujourd’hui que ça sert à rien d’avoir une contraception que ça sert à rien d’espérer… et que c’est comme ça. Je pense qu’on a pas voulu savoir pour pas se rejeter la faute. Mais tout dépend du problème nous c’est vraiment un problème d’ovule et de spermatozoïde
    Je vous embrasse les filles😙😙😙

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai loupé le début, je suis arrivée juste ma l’insémination, et ensuite la fiv et le transfert, et l’annonce aux parents a la 1 ere pds, j’ai zappé. J’ai eu l’impression d’être une sous merde, d’être a ma 3 eme fiv, 4 tec et 2 fc. Mais me suis dit  » j’ai loupé le début donc peut etre qu’il avait un bon long dossier foireux ». Apparament non c’était bien le pays des bisounours….

    Aimé par 3 personnes

      • Le coup de l’annonce aux parents aux 1 er taux, je l’ai vraiment pensé!!La pma nous vole bcp de choses, pr nous c’est impensable, chez nous on respire plus pendant 48h pr l’évolution du dit taux!
        Quand les gens qui n’y connaissent rien regarde ça ils vont encore se dire, des piquouzes, de la fatigue, une fiv et hop c’est parti.

        J'aime

  5. en effet, pour le cote « télé », ils étaient obligé de mettre un happy end vite fait bien fait, sinon, ca rendait le parcours PMA « laborieux » et ca remettait en question la competence de frydman, qui pour cette occasion se voyait en haut de l’affiche sur une chaine de TV ( faut pas le discrediter ce brave homme, hein) . mais bon, en effet, j suis bien d’accord, les nanas pour qui ça marche direct, ce sont elles qui font monter les stats de reussite des centres de PMA…

    Aimé par 1 personne

  6. Je pense que la FIV est parfois utilisé très rapidement pour des gens qui ‘en ont pas vraiment besoin aussi… quand je vois certains sujets parfois… l’autre jour dans une émission le sujet « ces bébés qu’on attendait plus » truc du style. La nana, 30 piges, consulte au bout d’un an, le médecin ne voit rien de particulier mais la passe en FIV direct. Fiv 1 échec, TEC 2 fiv 1 +++. Elle est enceinte, bébé nait il s’est passé à peine plus de deux ans depuis qu’elle a arrêté la pilule… heuuuu… doit- on vraiment parler de miracle ? je te file mon billet que le prochain va arriver « par surprise ».
    Après il y a les gens comme moi, qui ont la chance de ne coincer qu’à un seul stade : mes ovocytes étaient de mauvaise qualité sans traitement, et les zozos de monsieur un peu mou du flagelle. Comme à côté de ça, je n’ai aucun soucis niveau implantation et que d’après gygy je suis « une bonne couveuse », les embryons s’accrochent assez facilement. Moi je suis enceinte d’un vrai bébé qu’on attendait plus : un bébé couette au bout de 13 ans sans contraception LOL
    Et Frydman c’est un chou ! attentionné et poli avec les patients et discret au possible quand il passe dans le service… c’est la gonzesse qui était certainement une quiche à « vouloir Frydman » et c’était surtout pour la frime de son « reportage » parce qu’il ne fait plus rien là-bas depuis longtemps et c’était déjà le cas en 2010 pour ma première FIV, tu es tombé sur des gens qui voulainet faire de l’image, pas un vrai compte-rendu.

    Aimé par 2 personnes

      • il a du s’y remettre alors peut-être en libéral, parce qu’à béclère il n’était pas « au planning »… de toutes façons il n’est pas « meilleur » que son équipe, il est juste très connu et est un précurseur en recherche. De toutes façons, et c’est mon côté technicienne de recherche qui parle j’avoue, les mecs en eux-même sont très certainement aussi bons à rien que mes chercheurs lol… j’entends par là que sans la bouteille et les observations des gens qui ont vraiment les mains dedans au quotidien ça ne marcherait pas. Les gars sont connus parce que ce sont eux qui ont leur noms sur les papiers scientifiques et bien sûr ils ont « un cerveau » qui fait qu’ils ont les bonnes idées et savent faire les liens entre les choses, mais ça s’arrête là ! et quand par exemple tu vas à béclère, comme toutes les décision sont prises en réunion de staff le midi, que tu soit suivie par l’un ou l’autre des docs ne change pas grand chose. Hormis pour l’humain (parce qu’il y a de sacré cons) et le facteur psychologique.

        Aimé par 1 personne

  7. Déjà ça ne me disait rien mais là pour le coup c’est sûr je ne le regarderai pas. Ca fait un moment que j’ai arrêté les documentaires sur la PMA. Cela dit j’en ai vu un une fois qui était plus réaliste (je crois que c’était la 5 avec Michel Cymès, c’était pour l’anniversaire de la fameuse Amandine… ses 30 ans je pense), voire qui dressait un tableau très noir de la PMA (en France surtout, ils expliquaient combien on était à la ramasse par rapport aux autres pays) puis qui passait un témoignage pour te dissuader de demander le transfert de deux embryons avec une famille qui avait eu des jumeaux grands préma, un décédé l’autre très handicapé. A l’époque ce reportage m’avait fait hurler, parce que très déprimant et qu’ils sont bien gentils à nous faire des transferts que d’un seul embryon mais c’est pas eux qui se bouffe les ttt et que nous on veut simplement mettre le plus de chance possible de notre côté pour ne plus avoir à recommencer… mais avec le recul me voilà du mauvais côté des stats, sortie de la PMA sans enfant (vivant) et à savoir combien une grossesse peut être fragile et ce que fait la mort d’un enfant… du coup cette émission me parait moins mauvaise…

    Aimé par 1 personne

  8. On a regardé le reportage ce matin au petit dej avec Mister Cerf. Totalement déçus nous aussi. C’est tellement simple la PMA 1 stim a 40 ans 2 ovocytes une grossesse sans problème et 2 jumeaux en pleine forme. On est très loin de la réalité et non l infertilité ne se résume pas qu’à des couples qui se sont rencontrés sur le tard venez dans les salles d’attentes…

    Aimé par 1 personne

  9. Merci d’avoir mis des mots sur ma pensée !
    Je suis en train de le regarder et je vais arrêter …
    Cela ne reflète tellement pas la PMA !
    Les galères pour joindre les sages femmes et obtenir la suite du traitement, les approximations pour rentrer dans le planning …
    Bref , on devrait faire notre propre reportage. On ferait augmenter les ventes de Zoloft et d’Escitalopram 🙂

    Aimé par 1 personne

  10. Je l’ai regardé juste pour me faire mon propre avis et je partage ton avis, c’est trop cliché, dès le début ce reportage m’a énervé. La seule partie « intéressante » est peut-être la partie protocole de stimulation qui est plutôt réaliste. Mais dans l’ensemble il ne fait pas ressortir la chose la plus dure en PMA : l’attente, notamment entre la ponction et le transfert. Les 4 embryons débarquent comme si c’était aussi facile et normal d’avoir 4 embryons après une ponction.

    Aimé par 1 personne

  11. J étais très déçue de ne pas le voir hier car on a pas réussi à capter teva mais je suis bien rassurée , ey oui si c était si simple….. quand tu viens de te taper déjà 4 transferts foireux et encore je sais que ya bien bien pire je me passerai de ces raccourcis ! Thanks !!

    Aimé par 1 personne

  12. Je suis d’accord aussi, je m’attendais à plus. Je trouve que pour nous, qui subîmes tous ces traitements au fil des mois et des années, ça nous montre absolument rien de nouveau. Et pire, nous savons que c’est un cas différent, élitiste (traitement et accouchement avec Frydman!? bien sur, cof cof, il savait que ça allait finir en documentaire…) et complètement à côté de la réalité des couples en parcours PMA avec des problèmes d’infertilité complexes avant la quarantaine.

    Par contre je suis le genre de personnes que croit que c’est bien d’en parler. Plus souvent. Dans plusieurs registres. Et ça peut être un film bien pour montrer à nos proches, j’imagine mes beaux-parents qui ne comprennent absolument rien de nos traitements…

    Aimé par 1 personne

  13. Moi aussi j’ai été déçue par le côté rapide de leur parcours.
    Tant mieux pour eux, c’est certain. Mais pour les gens qui ne connaissent pas ce parcours du combattant, l’attente, les déceptions, les échecs, les espoirs ne ressortent pas assez.
    Ils auraient dû en parler un peu, même s’ils n’ont pas vécu tout ça (puisque ça se passe en 6mois à peine).
    Moi j’ai dit à mon mari « ça ferait longtemps qu’on aurait plus de mémoires sur nos tel et PC avec toutes les heures de vidéo qu’on filmerait… »
    Et bien sûr, j’ai chialé à la fin du reportage, par crainte de ne pouvoir offrir ces instants magiques à mon mari 😰

    J'aime

  14. Bonjour, je vais donc être la voix dissidente de ces commentaires… Bien que je trouve également que tous les aspects difficiles de la PMA ne soient pas abordés, le reportage ne m’a pas déplu. Tout le monde ne commence pas par une FIV bien-sûr… (même si ça a été mon cas aussi), pour elle, a un moment donné il me semble qu’elle évoque très succinctement un problème de trompe et ils ont sûrement fait le choix de ne pas étaler tous leurs problèmes de santé. 1h10 de reportage c’est assez court effectivement pour aborder le passé médical en y ajoutant des explications grand public. Il y a quelques maladresses comme « j’ai eu 4 ovocytes de fécondés donc j’aurais au MINIMUM 4 embryons », soit la fille n’a pas compris, soit elle est sous le coup de l’émotion, elle aurait du dire au maximum… Je trouve malgré tout qu’on voit bien la difficulté de concilier la vie professionnelle, les différents rdv, la fatigue, les imprévus (avec ce sous dosage en décapeptyl) et l’explication concernant le choix d’une FIV gâchée ou d’une insémination est assez éclairée. La notion de temps et d’ âge limite est plutôt bien vu contrairement a d’autres reportages. J’ai même versé ma larmiche à l’annonce de la bonne nouvelle…. Même si ce parcours court ne correspond pas aux vécu des lectrices/rédactrices de la blogosphère PMA, j’ai trouvé dans ce documentaire quelque chose de ressemblant et de touchant.
    PS: euh oui réussir a avoir frydman comme praticien, j’avoue ça m’a paru gros mais à la clef il y avait un documentaire, c’est sûrement la raison pour laquelle il a accepté…

    Aimé par 1 personne

  15. !je n’ai même pas voulu regarder, rien que les extraits et le résumé m’énervaient déjà…quand je lis ce que tu écris ça me confirme mes a priori négatifs…je trouve ce type de reportage assez mensonger, dans le sens où oui, il ne montre effectivement pas les difficultés telles qu’on peut les vivre dans une grande majorité des cas…

    Aimé par 1 personne

  16. Je n’ai pas du tout aimé ce documentaire, mais malheureusement j’ai remarqué que les reportages traitant de la fiv en général sont peu représentatifs des vrais enjeux.
    Il y a quelques semaines sur fr 2, l’exemple d’un couple sans problème médical avéré, qui a attendu un peu plus d’un an avant de commencer à faire des iac (ben quoi de plus normal?), gros mélodrame après l’échec de la première « on a pris une pause, on n’y croyait plus » et qui conçoit un enfant naturellement avant d’entamer une deuxième iac….. « presque deux ans après l’arrêt de la pilule »…….. Par contre, il y a un docu en ligne sur youtube qui est très bien fait, même si quelquefois la caméra est un peu trop proche : Quand l’enfant se fait attendre. Il est en 5 ou 6 parties. https://www.youtube.com/watch?v=QQxUUjmBhAM

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s