#226 Psychiatre, collection de chapeaux et ZOLOFT …

Gare du Nord, sortie rue de Maubeuge. Bien loin des quartiers cossus de Madame-Hope et ses confrères. Pas de plaque au mur, à croire que c’est un psychiatre confidentiel. Je sonne, le type m’ouvre, me serre vigoureusement la main en se présentant et me jette dans une salle d’attente des plus étranges : un grand canapé rouge, une énorme armoire avec une collection de chapeaux (!) au-dessus, une table à manger avec quatre chaises, un piano et des tonnes de bouquins en tout genre. L’endroit est peu éclairé. Je reste un instant bloquée au milieu de la pièce, ne sachant où m’installer. Puis j’opte pour le canapé.

Quelques minutes plus tard, le psychiatre vient me chercher. Il est du genre speed mais calme. Ce mec, c’est un mix entre Madame-Hope et mon généraliste. Forcément, je l’apprécie tout de suite. Je lui déballe les choses au fur et à mesure. Il prend énormément de notes, ouvre régulièrement son petit dictionnaire des médicaments quand je lui évoque telle pilule contraceptive ou tel médicament utilisé pour la stim. On évoque pas mal de choses de ma vie, sans s’attarder dessus façon psychanalyse de comptoir. Le concret, les faits. Ma voix qui tremble, mes larmes jamais bien loin.

Je suis ressortie de cette consultation avec un sentiment nouveau : pour la première fois, quelqu’un a pris en compte ma souffrance. « Vous ne pouvez pas rester comme ça. » Mon généraliste s’est senti débordé par mon cas, ce que je peux comprendre ; mais il a été très pro en me dirigeant vers ce psychiatre. Madame-Hope s’occupe des ovocytes, des spermatozoïdes et des endomètres ; c’est son rayon, elle ne s’en écarte pas. Quand à la psychologue, elle m’a donné le sentiment d’avoir des problèmes de petite fille gâtée … Lui a tout de suite compris. Il a réfléchi plusieurs fois devant ses notes, en silence. Sans surprise, il m’a dit qu’il fallait que j’arrête mes cocktails anxio / somnifères. Et il m’a sorti de son chapeau le ZOLOFT. « Je n’en ai rien à foutre de tout en ce moment, et ce truc va me redonner de l’intérêt pour les choses ? » Franchement je suis sceptique. Mais il est convaincu. Et puisque c’est un psychiatre qui bosse aussi à l’hôpital, je me dis qu’il a dû voir des gens carrément plus « atteints » que moi et qu’il les a soignés. Alors je lui donne ma confiance.

Il a pris le numéro de téléphone de Madame-Hope, pour discuter et confirmer avec elle que le ZOLOFT 50 mg est compatible avec les traitements de la PMA (il l’est avec la grossesse et l’allaitement apparemment). Dès que j’aurai son accord, j’ajouterai cette pilule à mon cocktail matinal de DHEA, Coenzyme Q10, LEVOTHYROX et autres vitamines « prénatales ». Et dans quelques temps, je verrai la vie en rose. Ou pas. Quoiqu’il en soit, je suis vraiment curieuse de voir si comment un médoc pour redonner goût à la vie. Ça me semble tellement improbable.

46.70€ l’heure de consultation. Remboursés. Ça aussi ça change.
Et prochain rendez-vous dans trois semaines.

16 réflexions sur “#226 Psychiatre, collection de chapeaux et ZOLOFT …

  1. 2 points ultra-positifs : « il a pris en compte ma souffrance » et « il a téléphoné à Madame Hope » pour la compatibilité des traitements. Il a l’air très très pro, et c’est rassurant (malgré la salle d’attente !). J’espère que cette main tendue t’aidera et te fera du bien. Bises

    Aimé par 2 people

  2. Une bonne cure de positivité, un gros plaid, un bon livre et des bons films ou séries, zéro contrainte (a part ces foutues piqûre), bcp de tendresse avec Lucien.
    Voilà une bonne recette pour te remettre sur les bons rails pour affronter la suite du protocole !

    Aimé par 1 personne

  3. Comme pimprenelle je connais plutot bien le zoloft. Il fait partie de mon traitement actuel. Chacun réagit différemment aux molécules. Ça me va qu’on échange dessus si tu en as envie/besoin. Bises

    Aimé par 1 personne

  4. C’est une excellente nouvelle au vu des circonstances… j’ai été touchée par ton histoire, car bien avant la PMA (et cela n’a rien à voir avec ça, d’ailleurs), j’ai moi aussi touché le fond et eu besoin de suivi psychologique, et de soutien médicamenteux pour me sortir de cette impasse. Il m’a fallu essayer plusieurs psy avant de découvrir la bonne, celle qui m’a entendue et comprise, et qui m’a permise de me débarrasser des médicaments et reprendre ma vie en main.
    Je me doute l’état dans lequel tu dois être, on a du mal à croire quand on est si bas qu’on peut remonter. Mais si Lucienne, et ceci se veut être un message d’espoir. Je te promets que tu iras mieux. COURAGE !!! Et je te laisse avec une phrase banale mais qui m’a beaucoup aidé à relativiser et positiver = Le soleil brille toujours au-dessus des nuages. N’en doutes jamais, les nuages finiront pas partir !!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s