#208 En dents de scie …

J1 a débarqué 11 jours après la ponction, exactement comme la dernière fois. Une bonne grosse douleur au réveil, un ANTADYS avalé illico et ensuite ça a été. Physiquement en tout cas. Moralement c’est plutôt en dents de scie mais ça tient la route pour l’instant. J’ai terminé ma boite de LEXOMIL. Il me reste des trucs genre NOVANUIT mais après cela je n’aurai plus rien pour chimiquement mettre mon cerveau sur OFF. En attendant mon rendez-vous avec l’acupuncteur fin novembre, je vais rendre visite à mon ostéo habituelle. Histoire de ne pas virer complètement dingue.

Après le rendez-vous avec Madame-Hope, Lucien m’avait dit : « J’ai l’impression que c’est une histoire sans fin ce truc. » Pourtant ça ne fait qu’un an que nous sommes réellement en PMA. C’est tellement peu par rapport à des tas de couples. Mais je comprends ce qu’il ressent : on espère, on tente, on se vautre … et puis rebelote. Et quand on commence à se dire qu’on a fait le tour des problèmes (et donc des solutions), on nous pond un nouveau truc. Aujourd’hui c’est la cœlioscopie. Le nouvel espoir. La dernière chance aussi.

Je pense de plus en plus au don d’ovocyte(s). Inimaginable il y a encore quelques mois, il ne l’est maintenant plus du tout (je ne parle évidemment qu’en mon nom, Lucien n’étant pas encore du même avis sur le sujet). Tout à l’heure en voiture je pleurais (moral en dent de scie on a dit) en imaginant comment j’expliquerai à mon futur éventuel enfant qu’il n’était pas « biologiquement » de moi. Ce n’était pas vraiment des larmes de tristesse, juste un trop-plein d’émotions. Quel est le poids de quelques gènes quand on a porté un bébé neuf mois dans son ventre ?
Nous sommes encore très loin de cette question du don. Mais aujourd’hui je n’ai plus aucun doute sur le fait que j’aimerai mon bébé exactement de la même façon, qu’il possède la moitié de mes chromosomes ou ceux d’une généreuse donatrice.

dents_de_scie

Publicités

15 réflexions sur “#208 En dents de scie …

  1. Si un jour vous devez choisir entre le don ou la renonciation, Lucien choisirait la 2eme option ?
    Bon et sinon je vais finir par passer pour une vieille pie à force de le répéter partout mais fais gaffe à l’Antadys dans la notice y’a marqué que ça nuit à la fertilité
    😘

    Aimé par 1 personne

  2. Je te rejoins de plus en plus sur cette réflexion autour du don qui était également inimaginable pour moi il y a quelques années et que je réfléchis de plus en plus au fil de nos avancées et échecs en Pma. J’espère néanmoins que tu n’auras pas à passer par là 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Et puis pas « biologiquement de moi »… la moindre molécule composant sont petit corps, la moindre cellule viendra de toi… Même génétiquement : l’épigénétique (phénomène qui fait que certains gènes de sont génôme seront éteints ou allumés) viendra de l’environnement maternel dans lequel il aura baigné… ton corps et ton odeur seront les seules choses qu’il connaitra en naissant etc etc… bref biologiquement une seule cellule sur les millions qui le composeraient à la naissance ne serait pas « biologiquement » de toi et bien sûr que tu l’aimerais comme une folle.

    Aimé par 3 personnes

  4. Les gènes sont minimes comparés à l’amour que tu apporteras à cet enfant ..si..;et seulement si vous devez en arrivé la. Mon pere bio je l’ai connu qu’à l’age de 24 ans. Mon « beau pere » que je considere comme mon pere s’est occupé de moi, je n’avais que quelques mois. Et, malgré le fait que je n’ai pas les memes gênes que lui, je l’aime d’amour. Mon pere bio, n’est rien pour moi. Il ne m’a ni élevé, ni éduqué. Une cellule donc, ne fait pas la relation que vous aurez. Mais encore une fois, chaque chose en son temps, d’abord l’opération. Le reste n’est encore que lointain. Des bisous

    Aimé par 1 personne

  5. Le plus important – je pense – c’est que cet enfant aura tout l’amour nécessaire de ses deux parents, quelque soit la façon dont il a été conçu. Un enfant a simplement besoin d’amour 😚

    Aimé par 1 personne

  6. L’inné : ton amour inconditionnel, ton corps pendant 9 mois. L’acquis : tes valeurs, ton éducation et parfois tes mimiques.
    La question du don est loin pour moi alors je ne me permets aucun commentaire dans votre réflexion si ce n’est que les montagnes que vous déplacez dans ce parcours sont la preuves que quel que soit le moyen, il sera de toi.

    Aimé par 1 personne

  7. Nos futurs enfants seront très probablement là grâce à un don. Certains jours, l’idée me révolte, d’autres jours elle me réjoui car c’est une superbe opportunités que nos prédécesseurs n’ont pas eu.
    L’acceptation peut prendre du temps. Mon mari m’a toujours dit qu’il ne pouvait pas me priver de la joie de porter un enfant. Il a compris mon besoin et est prêt à tout les sacrifices (et puis d’ailleurs, il l’aime déjà notre futur bébé 😉 ) mais parfois le doute revient.

    Aimé par 2 personnes

  8. Le don il faut le temps de s’y faire. Vous n’y êtes pas encore et Lucien (et toi) avez le temps d’y penser et d’y réfléchir. Si c’est la seule solution pour vous, peut être que Lucien verra les choses différemment, même si ça lui prendra du temps.

    En plus dans le cas d’un don d’ovocyte, la femme porte quand même l’enfant, vit la grossesse. Cet enfant connait sa mère « de l’intérieur », tu le portes et tu lui donnes la vie. Et comme le dit la petite Stef, l’épigénétique joue beaucoup.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s