#182 Comment l’échec de la première FIV m’a transformée …

Il y a d’abord eu le concept d’immunité PMesque : se donner le droit d’envoyer chier la terre entière suite à l’échec de cette première FIV. Je m’en suis bien servi, je l’avoue. Puis de moins en moins, au fur et à mesure que le temps passait. Comme une colère qui diminue. Mais qui peut aussi revenir très vite : il y a deux jours j’ai (très) méchamment mouché un type qui s’est permis de me prédire une grossesse dans les mois à venir.

transformation
Avant … Et après ! ^^

Néanmoins c’est un peu grâce à cette immunité PMesque que j’ai découvert comment décrocher radicalement de la « vie normale » : sauter d’un avion à une hauteur de 4000 mètres. Super efficace. Jamais je n’aurais osé ce stage de parachutisme avant. Poser une semaine de congés à la dernière minute sans demander l’accord de ma boss et me casser toute seule dans un coin paumé de la France pour aller faire ce truc de fou (qui rend carrément accro, soit dit en passant). Sept jours durant lesquels j’ai été sereine et simplement heureuse.

Mais il y a quelque chose de beaucoup moins cool qui est entré dans ma vie depuis cet échec. J’ai découvert l’angoisse, ou l’anxiété, ou je ne sais pas comment les psys nommerait cela : j’ai très régulièrement la sensation d’un poids sur le thorax, au début surtout le soir mais maintenant toute la journée. J’ai beau respirer par le ventre et essayer de me détendre, ça ne passe pas. Le remède qui fonctionnait bien au début (un demi Lexomil, une pizza, un gros pot de Ben & Jerry’s et Lucien à côté de moi devant un film) n’est plus assez efficace. Je vis avec cette sensation d’oppression quasiment H24 la semaine et c’est franchement désagréable. Pour le moment ça reste gérable et ça ne dégénère pas en véritable crise d’angoisse, mais parfois je n’en suis pas loin. J’ai toujours ma boite de Lexomil l’adresse des psychologues et de l’hypnothérapeute dans mon sac, mais je suis incapable de prendre un rendez-vous … Toujours cette peur débile de m’effondrer si jamais je commence à mettre des mots « oraux » sur tout ça. Quand j’ai raconté la semaine dernière à un ami parachutiste que ma « vie normale » m’oppressait, il m’a répondu comme si c’était une évidence : « Mais tu ne vis pas une vie normale Lucienne. La PMA et tous ces examens, ça n’a rien d’une vie normale. » Je n’avais jamais vu les choses comme ça. Le manque de recul sans doute.

C’est donc avec ces nouveaux « bagages » que j’entame la deuxième FIV. Ça démarre fort, avec la galère des rendez-vous à planifier des mois à l’avance mais en fonction du cycle (deux paramètres plutôt incompatibles). Lucien m’a bien aidé : il a géré tout le côté paperasse pour la Sécurité Sociale et compléments alimentaires à récupérer dans la pharmacie imposée conseillée par Madame-Hope. De mon côté je me suis pris la tête avec tous les secrétariats médicaux de la planète (et je pense que ce n’est que le début). Mais là où j’aurais rapidement pété un plomb il y a quelques mois, je reste zen. Tant pis, on est pas à un mois près. Au contraire : quelques semaines supplémentaires à me gaver de DHEA ne feront pas de mal à mes ovaires de grand-mère. Et même si ces derniers temps l’organisation de Madame-Hope laisse à désirer, j’ai suffisamment confiance pour savoir qu’elle ne nous lancera pas dans une nouvelle FIV s’il manque des examens indispensables. D’ailleurs je suis à J16 et j’ai déjà des spottings depuis hier … La preuve que ça doit encore être bien la mer** dans mon utérus hostile.

 

Publicités

25 réflexions sur “#182 Comment l’échec de la première FIV m’a transformée …

  1. Coucou Lucienne, je vois bien ce que tu veux dire en parlant d’être oppressée : ma boule d’angoisse m’a tenue compagnie durant les dernières tentatives et elle prenait de plus en plus de place cette garce. Seule manière de la limiter : les pistes d’autohypnose. Bravo pour le parachutisme, tu es une sacrée nana ! Profite bien de cet été pour te décrasser de la PMA, je serai à tes côtés à la rentrée pour les croisages 😉🍀

    Aimé par 2 personnes

  2. J’ai très mal vécu la FIV également. Je vis comme un traumatisme l’opération et ses maigres résultats. La fausse couche, bien que précoce, m’a assommé. Je vais voir le toubib demain pour le TEC et quand j’y pense mon coeur s’emballe et j’ai envie d’hurler.
    Alors on ne ressent pas les mêmes maux dans nos chairs mais je comprends ô combien ce que tu mets en mots. Ton exutoire doit être top car il donne l’impression de toucher l’infini et c’est fou et extrême, comme ce putain de parcours. J’espère que les quelques pistes de thérapeute que tu gardes encore dans ton sac pourront t’apporter un peu de calme, en attendant je vote à fond pour l’immunité PMesque !!

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai eu ce sentiment pendant très longtemps presque 1 an et demi j’ai fait 4 fiv en 2 ans et tjs cette oppression après ponction etc. .. et la dernière d’août dernier m’a achevé depuis je suis allée psy PMA super cool cette nana hyper dans l’empathie et acupuncture depuis 1an et demi et maintenant j’y vais tous les mois et demi j’attends pas que ça revienne
    Sinon je pense de voir adoption avancer ça aide aussi c’est certain

    Aimé par 1 personne

  4. Le poids sur la poitrine, les crises d’angoisse, je connais que trop bien ses symptômes. La sophrologie par Youtube m’a beaucoup aidé à gérer ses sensations et la piscine m’aide à les chasser (c’est un peu mon exutoire, on est loin du parachutisme).
    L’angoisse ne gagnera pas même si ça pollue bien la vie.

    Aimé par 1 personne

  5. Y a pas à tortiller : ça change une femme (Et un homme et un couple aussi) ce parcours. Je suis passée chez Hope la semaine dernière Et à part une petite boulette (dont je ne sais pas si c’est la secrétaire qui a mal transmis le message ou Hope qui s’est emmêlée les pinceaux), tout s’est bien passé. Je suis sure que Ca va rouler à La rentrée… J’espère que tout va bien se caler. 😘

    Aimé par 1 personne

  6. Courage ! Pour le rendez-vous psy moi je me suis fais violence (car complètement réfractaire de voir ce type de professionnel) j’ai évidemment pleuré du début à la fin mais ce que je ne pensais pas possible : sortir de cette spirale négative l’a finalement été grace à un unique rendez-vous.
    L’anxiété de mon côté me gênerait des douleurs horribles dans le dos, depuis que j’ai lâché prise (suite au rendez-vous psy) elles ont quasi disparu.

    Aimé par 1 personne

  7. Bonsoir Lucienne,
    J’en étais à taper dans la barre de recherche Google « Comment compenser la chute hormonale suite à une stimulation ovarienne », quand j’ai atterri sur ton blog! Je suppose que les algorithmes de la toile ont rapidement calculé qu’ils ne pourraient rien pour moi et m’ont déposé là pour que je me sente moins seule avec ma quête improbable de 60 caractères! Je commence donc à te lire. Beaucoup de similitudes avec notre parcours, bien que différent, puisqu’il s’agit d’un DPI (Diagnostic Pré Implantatoire). Nous on veut faire la chique à une #@$%* de maladie! Je suis en pleine décompensation de la 2ème tentative avec transfert et test βHCG revenu négatif… Le rendez-vous chez la psy c’est pour lundi (après 3 semaines à tergiverser sur l’utilité d’un tel tête à tête, alors que dans l’immédiat seule l’envie de hurler au bord d’une falaise me semblerait salvatrice une paire d’heures…). Et la piscine c’est mercredi car une amie vient juste de me le proposer par sms (télépathie / synchronicité).
    Voilà, te lire me donnerait presque envie d’écrire! Merci pour ton partage!

    Aimé par 1 personne

    • Je suis contente que Google t’ait mené jusqu’à moi ! 🙂
      « DPI » ça signifie que vous n’avez aucun problème de fertilité à la base mais que la #@$%* de maladie vous oblige à passer par la PMA ?
      Bravo d’avoir franchi le pas pour la psy et courage pour la suite !

      Aimé par 1 personne

      • Exactement. Tu as bien compris. Aucun problème de fertilité. Nous sommes chanceux sur ce point. Et pourtant, le chemin semble quand même long. Pas de nidation suite aux 2 transferts réalisés. On doit vraiment cultiver l’art de la patience. Aucun autre embryon ne pouvait être congelé. Donc on chute de notre montagne et on recommence l’ascension dans 4 mois… Tout ce temps à faire semblant d’avoir le cœur, l’esprit et l’énergie à d’autres projets… La psy ce n’est pas miraculeux mais étrangement, j’ai eu le sentiment d’être plus légère après avoir lâché mes bagages chez elle après la 1ère FIV. Un pas après l’autre. Bon courage Lucienne!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s