#162 Lettre ouverte à mon tas de cellules

Salut le tas,

Ouai je sais, on aurait déjà pu te trouver un nom plus sympa. Mais que veux-tu, on osait pas trop s’investir émotionnellement et on s’est dit qu’un tas de cellules c’était quand même ce qui te représentait le mieux, en toute objectivité. Si ça peut te rassurer, j’ai déjà une idée pour ton « petit frère » resté au congélateur : numéro deux. Super original hein ? Mais t’inquiète, on tâchera de faire mieux quand il s’agira de te trouver un prénom, un vrai pour la vie.

hug

Tu sais, c’est pas facile pour moi en ce moment. C’est ma première fois, la première fois que je partage mon corps avec quelqu’un, aussi petit soit-il. Avant toi, il n’y a jamais eu personne dans mon utérus. Enfin y a bien eu une caméra une fois, mais ça compte pas. Tu es le premier être vivant. S’il y a une semaine je me doutais déjà que je ne serai plus jamais la même après toi, aujourd’hui je peux le confirmer. Mais c’est pas ça le plus compliqué en fait : c’est l’attente. L’attente et l’incertitude. Tu me facilites pas la tâche aussi ! Comment je sais que tu es là ? Moi qui suis d’habitude super à l’écoute de mon corps, là je suis larguée. Je ne sens rien, rien de différent par rapport à d’habitude. Enfin t’es peut-être du genre discret ? Après tout, les chiens ne font pas des chats et ton père et moi on est pas du genre à faire la fiesta tous les soirs. Peut-être que tu t’es fait ton nid tranquillement et que tu grossis doucement … Ça m’irait très bien tu sais ! Actuellement je suis pas super optimiste, mais j’ai rien contre une grosse surprise demain. Vraiment tu peux y aller. J’ai déjà Googlé « comment interpréter le taux de β-HCG » et a priori si tu me ponds un truc inférieur à 30 ça craint (je n’ai absolument aucune source scientifique fiable mais il faut bien se baser sur quelque chose). Alors sois généreux, n’hésite pas. Déverse des litres de β-HCG dans mon corps, je n’attends que ça.

D’ailleurs si t’es toujours là demain (et les jours suivants aussi hein, ce serait mieux), je te promets de changer deux ou trois trucs dans ma vie. Bon je vais sans doute pas devenir une fervente adepte de la naturopathie mais je ferai des efforts : on dormira bien, on mangera correctement (ni trop, ni trop peu) et je t’emmènerai pas faire 20 bornes en courant. On ira à la piscine et je pourrai même faire ma pleurnicheuse chez le médecin pour avoir des arrêts de travail. On profitera et je t’exhiberai fièrement à tout le monde en portant des hauts moulants ! J’arrêterai de chouiner parce que je me trouve grosse et de me prendre la tête pour des choses qui n’en valent pas la peine. Lucien se bougera le c** pour mettre du parquet dans ta chambre et on embauchera un peintre pour les murs, parce qu’on est vraiment des quiches en bricolage.

Franchement ce sera cool la vie avec nous. Tu verras, ton papa est hyper zen et ta maman est spécialiste pour se noyer dans un verre d’eau mais au top quand il s’agit de gérer les situations catastrophiques. On se complète bien au final. On a un lapin aussi, mais pas sûre que tu la connaisses : la pauvre a déjà 10 ans et elle commence un peu à dérailler du ciboulot. Enfin t’inquiète, je saurai convaincre ton père de prendre un chien ou un chat à la SPA. Sinon t’as déjà un entourage stylé : d’un côté la vraie famille Ricoré et de l’autre …  la mienne ! C’est moins Ricoré mais perso je préfère. Enfin je suis sûre que tu seras à l’aise partout, parce qu’on ne peut qu’être à l’aise au milieu d’un tas de gens qui t’aiment.

Bon j’aurais sans doute un paquet d’autres choses à te dire, mais on va s’arrêter là pour aujourd’hui. Bisou le tas. Bon bisou en vrai c’est compliqué, mais quand je caresse les patchs d’estradiol sur mon bide tu le sens j’espère ?! Et puis je te dis pas à bientôt, parce que je voudrais pas que tu l’interprètes mal. Reste dans mon utérus, bien au chaud et développe-toi comme il faut. Deviens un bon gros tas de cellules.

Ta maman Lucienne

Ps – Si jamais t’es plus là demain, sois tranquille : je ne t’en voudrai pas. Ça a été cool de partager quelques jours avec toi et on t’a aimé très fort.

26 réflexions sur “#162 Lettre ouverte à mon tas de cellules

  1. Tu m’as mis les larmes aux yeux ma belle…. J’espère de tout coeur qu’il a entendu ton discours et te donnera une belle preuve de sa présence demain…

    J'aime

  2. Fiou eh ben, avec tant d’amour tu ne peux qu’avoir envie de rester petit tas ❤
    Tes mots sont tellement doux, tu seras une maman merveilleuse ! je dirais même que tu l'es déjà, quelque part 😉 (cf la signature, entre autres!!)
    Je me permets de vous envoyer à tous les deux un bisou mouillé, pas honte de le dire je vois bien que je ne suis pas la seule à qui tu tires des larmes !! ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis heureuse de lire les commentaires et de voir que je ne suis pas la seule à avoir pleuré comme une patate ❤ je croise à fond les doigts pour que ce petit tas devienne un plus gros tas (promis on lui trouvera autre chose comme surnom)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s