#116 En vrac : l’adoption, la PMA, le sens de tout ça et la réunion d’information !

J’ai hésité à créer une nouvelle catégorie sur ce thème : l’adoption. J’en avais déjà parlé un peu. L’idée ne m’a pas quitté et ne me quitte jamais. L’adoption reste à mes yeux une démarche beaucoup plus « sensée » que la PMA. Je ne juge ni l’un ni l’autre, bien évidemment. Mais je m’interroge, constamment. D’autant plus quand je constate, en fouinant dans mes archives, que j’ai déjà écrit plusieurs fois ici à quel point l’adoption est  une évidence à mes yeux.

Le « sens », j’en reviens toujours à ça. Trouver du sens. A ma vie, à mes actes, à mes choix. C’est ma quête ultime. Parfois souvent je me dis que j’ai le cerveau mal calibré, à me poser mille et une questions qui n’ont pas l’air d’effleurer les trois quarts de la population mondiale. Je suis encore bien loin d’être arrivée au bout de ma réflexion sur ce thème. Mais voilà, c’est toujours là dans un coin de ma tête. 

La semaine prochaine, Lucien et moi avons rendez-vous pour la fameuse « réunion d’information », première étape de la demande d’agrément en vue d’une adoption. C’est finalement un peu par hasard, puisque je pensais qu’il fallait d’abord faire officiellement une demande d’agrément pour pouvoir assister à cette fameuse réunion. Mais comme mes infos se contredisaient, j’ai décroché mon téléphoné et j’étais officiellement invitée quelques minutes plus tard. Ça n’engage à rien. C’est ce que j’ai dit à Lucien, pour qui adopter n’a absolument rien d’une évidence. Quand je lui ai annoncé que ça tombait en plein milieu de la semaine, à 14 heures et très loin de son boulot, j’ai prudemment ajouté : « On y va ? » Il a simplement répondu : « Bien sûr. Je pose ma journée. » En six mots, j’ai compris que, même si pour lui tout ça était encore lointain et obscur, il savait combien ça comptait pour moi.

Il est bien noté dans la convocation que je sollicite « des renseignements sur la procédure d’agrément en vue de l’adoption d’un enfant ». Je me répète donc que ça n’engage à rien. Ça dure 2 heures 30 et je me demande bien à quoi ça peut ressembler. En fait j’ai un peu peur. Parce que, sans rien réellement connaître sur le sujet, j’imagine que l’adoption est un parcours du combattant encore « pire » que la PMA. Certes on s’épargne des souffrances physiques, mais quid de celles morales ? Avec, en prime, d’horribles (!) personnes pour trancher si vous êtes aptes à faire de bons parents. C’est ça à mes yeux le plus effrayant (et le plus injuste ?) dans l’adoption : le jugement. Ton avenir, ta famille et ton bonheur dépendent de décisions de personnes inconnues. Il doit falloir une sacrée dose de confiance en soi pour se lancer là-dedans et affronter ça. Et puis, après ça, il reste toujours l’incertitude du « résultat ». Mais là j’ai déjà une petite idée de ce à quoi ça peut ressembler (merci la PMA).

 

Publicités

14 réflexions sur “#116 En vrac : l’adoption, la PMA, le sens de tout ça et la réunion d’information !

  1. Pensez à vous et pas au regard des gens. Ce fût le problème avec mes parents. Ça les dérangeait que leur petit-fils soit « chocolat ». Aucun de leurs enfants ne leur parle maintenant. C’est radical mais bon, mon neveu est adorable et fait craquer tout le monde. 😍

    Aimé par 1 personne

  2. Si tu tombes sur une bonne équipe tu ne te sentira pas jugée lors des entretien 😉 c’était notre grande peur aussi et finalement ça s’est très bien passé la psy comme les assistantes sociales ont su nous mettre à l’aise. Elles sont là pour vous faire réfléchir, évoluer, et puis pour expliquer qui vous êtes parce qu’un apparentement n’est pas fait au hasard, même un bébé de trois mois a déjà une personnalité et une histoire alors si on peut trouver LES parents qu’il lui faut… (ça m’avait aidé de voir les enquêtes de cette façon).

    Aimé par 1 personne

  3. L’adoption, on y a beaucoup réfléchi à l’annonce de notre infertilité. Adoption ou PMA? Ce qui nous fait nous fait peur, ce sont les délais d’attente à gérer et le fait qu’il était très déconseillé de suivre les 2 démarches en même temps. Il nous a été clairement dit qu’adopter c’était faire le deuil de la grossesse.

    Aimé par 1 personne

  4. Chapeau Lucien, il a eu la meilleure réaction possible.
    Je suis un petit peu de l’autre côté de la barrière (je m’occupe entre autres des conseils de familles des pupilles de l’Etat) et je ne peux que souligner que tout dépend des équipes. Je te souhaite de tomber sur des personnes qui se prennent pas pour des cow boys mais c’est de plus en plus rare rassures toi

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s