#5 PMA et interrogations

Point-dinterrogationHier je suis tombée sur cet article, qui m’a clairement expliqué certaines choses encore obscures concernant la PMA (Procréation Médicament Assistée). En voici un extrait :

« En gros, selon le « degré d’infertilité » de Monsieur, l’âge du couple, les antécédents de Madame … voici ce que l’on peut proposer :

  • une IAC : Insémination Artificielle avec sperme du Conjoint. Elle peut se faire sur cycle naturel : on injecte directement un peloton de spermatozoïdes dans la maman, c’est juste un petit coup de pouce à la nature (il arrive que les spermatozoïdes soient préalablement triés, ou que la maman ait été stimulée avant, pour optimiser les chances de réussite).

  • une FIV : Fécondation In Vitro. C’est de ce processus que naissent les fameux « bébés-éprouvette ». On stimule Madame de façon à ce que de nombreux ovules soient prêts, on déclenche leur éclosion simultanée (contrairement à ce qu’il se passe dans un cycle naturel, où ils n’éclosent qu’un par un) et on vient récupérer les ovocytes, qui sont ensuite mis dans des éprouvettes avec quelques spermatozoïdes. On surveille la fécondation des ovocytes et le stade de développement des embryons obtenus, puis on les implante dans la maman après trois à cinq jours de « maturation ». 
  • une FIV ICSI : Fécondation In Vitro avec Injection Intra-Cytoplasmique. C’est tout comme la FIV, sauf qu’au lieu de laisser les spermatozoïdes se débrouiller avec l’ovule, on va en choisir un, qu’on va injecter directement dans l’œuf et forcer ainsi la fécondation. »

Lire la suite »

#4 Intolérances alimentaires et métrorragies

Toujours en quête de la réponse à la fameuse question « pourquoi ai-je des spottings à gogo en seconde partie de cycle », je me suis penchée sur mes intolérances alimentaires. Enfin la principale : l’intolérance au lactose et aux produits contenant du lait de façon générale. Le problème, c’est que quand on recherche « intolérances au lactose + métrorragies », on ne trouve RIEN. J’ai donc élargi ma recherche aux intolérances alimentaires au sens large, et surtout au gluten, très « à la mode » depuis quelques temps. Et là le lien est fait, et souvent en plus !

Alors si l’intolérance au gluten peut être responsable de métrorragies, pourquoi en serait-il différent pour celle au lactose ?! Lire la suite »

#3 Les cycles menstruels … et les autres !

ico_ex_cycle_feminin2A la base, il y a le cycle menstruel. Dans mon cas il suit un schéma presque classique, sur 28 jours, que je pourrais décrire en quatre principaux points :
1 – le début avec les règles. RAS.
2 – la phase folliculaire. RAS bis.
3 – l’ovulation autour du 14ème jour. Ici aussi, selon ma gynéco, tout est normal.
4 – la phase lutéale, là où il y a visiblement un souci (mais non identifié) puisque je saigne dès le 7ème jour après l’ovulation. Le DUPHASTON m’aide un peu, mais si peu : je gagne quelques jours, au mieux.

Parallèlement, un autre type de cycle. Celui de mon humeur, de mon moral. Celui de ma vie avec Lucien aussi. Idem, quatre points : Lire la suite »

#2 Janvier 2016

2016-couleurs-600x338Où en est-on en ce début d’année 2016 ?

On y croyait, vraiment. Ovulation autour du 30 décembre. Un réveillon en amoureux, l’idéal pour optimiser tout ça. Sauf que : sinusite pour Lucien, bronchite pour moi ! Le bonheur pour commencer l’année ! Bonne élève, j’ai tout de même pris mon DUPHASTON du 16ème au 25ème jour de mon cycle mais les spottings ont pointé le bout de leur nez au 23ème jour. Grosse déception : la fois d’avant ils avaient eu la patience d’attendre le 25ème jour, je me sentais presque « normale ». Là, j’ai plutôt l’impression d’être une ratée …Lire la suite »

#1 « Arrête d’y penser, ça viendra tout seul ! »

d9c7a53dcf2fc07d3f96e65024f0c557J’ai cherché pendant quelques minutes un titre de blog, quelque chose qui ne fasse pas trop « fille désespérée ». Et puis ça s’est vite imposé :

« Arrête d’y penser, ça viendra tout seul ! »

Pour l’instant seules ma sœur et mes amies sont dans la confidence de nos essais. Et c’est à certaines de ces dernières que je dois cette petite phrase assassine. Elles qui ont eu la chance de « tomber » (littéralement) enceinte, en six mois maximum. Je ne leur en veux pas. Je sais que quelque part, elles ont raison. Et elles me soutiennent, chacune à leur façon.Lire la suite »